Concertation Grand âge et autonomie :
le rapport vient de paraître !

Le 28 mars dernier, Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la santé, a pris connaissance du rapport de la concertation Grand âge et autonomie. Fruit d’une vaste consultation citoyenne, les propositions contenues dans ce document constituent le socle d’un projet de loi qui doit, dès juin prochain, transformer rapidement et efficacement l’accompagnement de la personne dépendante.

La deuxième grande étape du plan Grand âge et autonomie

Le rapport fait suite à la concertation citoyenne nationale qui s’est achevée en février 2019. Dominique Libault, président du Haut conseil au financement de la protection sociale et pilote de la concertation, a précisé, à ce titre, que ce document était la traduction la plus fidèle possible des 18 000 propositions émises par les quelques 415 000 participants à l’issue de 4 mois de concertation.

18 000 propositions

Modifier le système en profondeur et octroyer plus d’autonomie

Le rapport, qui a retenu 175 propositions de diverses natures parmi toutes celles émises, vise à passer d'une logique de « gestion de la dépendance » à celle de « soutien à l'autonomie ». Cela signifie qu’il faut amener les uns et les autres à porter un autre regard sur les personnes âgées. Celles-ci doivent continuer à être incluses dans l'ensemble de la société, elles ne doivent pas être isolées, ni chez elles, ni entre elles dans des établissements. Il faut concevoir une autre prise en charge.

8 priorités pour transformer l’accompagnement de la personne dépendante

Ces 8 priorités ont l’ambition de créer un cercle vertueux qui permettra de faire évoluer la prise en charge des personnes âgées :

  • investir dans l’attractivité des métiers du grand âge,
  • favoriser le maintien à domicile,
  • piloter pour et par la qualité,
  • mettre fin aux réponses en silos dans le parcours de la personne âgée,
  • concrétiser le libre choix de la personne au sein d’une nouvelle offre,
  • faire baisser la contribution des personnes modestes,
  • lutter contre l’isolement de la personne âgée et des aidants,
  • renforcer la prévention pour augmenter l’espérance de vie en bonne santé.

10 propositions clés pour changer la donne

  • Création d’un guichet unique pour les personnes âgées et les aidants dans chaque département, avec mise en place des Maisons des aînés et des aidants.
  • Plan national pour les métiers du grand âge : hausse des effectifs, transformation des modes de management, prévention des risques professionnels, montée en compétences à travers une politique de formation ambitieuse, développement des perspectives de carrière en faveur de l’attractivité des métiers du grand âge, et meilleure structuration de la filière.
  • Services d’aide et d’accompagnement à domicile : amélioration du service rendu à la personne et revalorisation des salaires des professionnels (soutien financier de 550 millions d’euros).
  • Accroissement du taux d’encadrement en Ehpad : 80 000 postes supplémentaires d’ici 2024, pour une dépense de 1,2 milliard d’euros.
  • Plan de rénovation des Ehpad et résidences autonomie : 3 milliards d’euros sur 10 ans.
  • Restructuration de l’offre : 300 millions d’euros par an pour, notamment, améliorer la qualité de l’accompagnement.
  • Reste à charge mensuel : baisse de 300 € en établissement pour les personnes modestes gagnant entre 1000 et 1600 € par mois.
  • Mobilisation nationale pour la prévention : sensibilisation des professionnels et mise en place de rendez-vous de prévention pour les publics fragiles.
  • Indemnisation du congé de proche aidant : négociation obligatoire dans les branches professionnelles pour mieux concilier vie professionnelle et rôle de proche aidant.
  • Service civique et futur service national universel : mobilisation renforcée pour favoriser les liens intergénérationnels et rompre l’isolement des personnes âgées.
Focus

Le bouclier autonomie
Pour les résidents très dépendants vivant en Ehpad depuis plus de quatre ans, le rapport propose l’instauration d’un « bouclier autonomie ». Passé ce laps de temps, ils ne pourront plus se voir appliquer un reste à charge supérieur à leurs ressources courantes. Il serait pris en charge par l’assurance-maladie. Une garantie que le prélèvement sur le patrimoine de ces personnes en perte d’autonomie lourde et de longue durée, ainsi que sur celui de leur famille, sera limité dans le temps. Le bouclier autonomie bénéficiera à ceux qui sont éligibles à l'aide sociale à l'hébergement (ASH), c'est-à-dire aux revenus les plus faibles.

Cet article en synthèse

  • Le rapport sur la concertation Grand âge et autonomie a été présenté au Ministre des Solidarités et de la santé le 28 mars dernier.
  • Il fait suite à la concertation citoyenne nationale qui s’est achevée en février.
  • Le rapport fait état de 175 propositions pour réformer l’accompagnement des personnes dépendantes et passer d'une logique de « gestion de la dépendance » à celle de « soutien à l'autonomie ».

Partagez cet article