La loi Grand âge et Autonomie sera prête pour Noël !

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé l’a confirmé il y a peu : le texte de la loi « Grand âge et Autonomie » sera prêt fin décembre afin d’être voté en 2020 par les parlementaires. Si le calendrier est respecté, il aura donc fallu deux ans pour que cette réforme annoncée par le président de la République voie le jour.

Une loi qui va s’appuyer sur le rapport Libault

En attendant de connaître précisément le contenu de cette nouvelle loi, il est probable que le texte s’inspirera des recommandations du rapport Libault présenté au printemps dernier. Le texte devrait faire la part belle aux différents modes d'hébergement évolutifs en fonction du niveau de dépendance, du moins médicalisé au plus médicalisé. Des mesures concrètes sont également attendues concernant la prévention, les Ehpad, notamment le reste à charge, et les proches aidants. La réforme portera aussi sur la refonte des métiers du grand âge (aides-soignants, formation, référentiels, etc.). À ce titre, elle devrait prendre en compte les résultats de la mission en cours pilotée par Myriam El Khomri.

Au-delà des aspects sanitaires et médicaux-sociaux

Tandis que le gouvernement prépare sa copie, plusieurs acteurs, dont l’association France Silver Éco, s’immiscent dans le débat. Ils encouragent les politiques d’accompagnement du vieillissement centrées, pour l'heure, sur les réponses sanitaires et médico-sociales, à évoluer vers une approche plus sociale. Luc Broussy, président de France Silver Éco, a récemment précisé, lors d’un atelier sur l’inclusion des personnes âgées, que le vieillissement de la population se répercute de plus en plus sur l’activité de l’ensemble des acteurs économiques et sociaux. C’est à ce titre que les nombreux organismes représentés au sein de l’association (fédérations sanitaires et médico-sociales, collectivités locales, régions, départements, organismes de protection sociale) et représentants des différents secteurs de l’économie (tourisme, grande distribution, transports…) développent des solutions spécifiques pour une meilleure prise en charge des personnes âgées.

Bien vieillir partout

Si le vieillissement de la population se traduit par un nombre toujours plus grand de personnes en situation de perte d’autonomie, toutes les personnes âgées ne sont cependant pas dépendantes. Pour autant, un senior qui est autonome à 85 ans n’est pas un citoyen ordinaire. Pour répondre à ses besoins particuliers, il faut une politique qui prévoit l’adaptation des logements, qui prend en compte ses spécificités en matière de mobilité, d’urbanisme, d’accessibilité, de lien social… Souhaitons que la loi Grand âge et Autonomie aborde tous ces aspects pour permettre aux seniors de vivre pleinement les années à venir, le plus sereinement et confortablement possible !

Cet article en synthèse

  • Le texte de loi Grand âge et Autonomie devrait être prêt en décembre puis voté en 2020.
  • Le contenu de la loi s’inspirera des recommandations du rapport Libault.
  • Au delà du volet sanitaire et médico-social, la loi devrait aborder les problématiques du vieillissement avec une approche plus sociale.

Partagez cet article