Quels équipements choisir pour favoriser le maintien à domicile ?

Rester chez soi, conserver ses habitudes et ses repères le plus longtemps possible est essentiel pour les personnes âgées ou dépendantes. De nombreux équipements permettent aujourd'hui d’adapter leur domicile et de leur apporter sécurité et confort au quotidien.

Les logements ne sont pas toujours conçus pour les personnes ayant perdu leur autonomie. Les chutes représentent 80 % des accidents de la vie courante au-delà de 65 ans(1). Grâce aux équipements qui ne cessent de se perfectionner, il est désormais plus aisé d’envisager un maintien à domicile sécurisé. Selon le degré de dépendance ou de difficultés rencontrées par la personne, de nombreuses solutions existent. Des plus simples au plus sophistiquées.

Faciliter les déplacements dans la maison

Avec l’âge et la maladie, la démarche se fait plus hésitante. Les personnes redoutent les chutes dont les suites peuvent être particulièrement graves : impossibilité de se relever et d’appeler les secours, risque de fractures et d’hospitalisation… Les déplacements dans la maison doivent donc être sécurisés pour que la personne continue à vivre chez elle en toute confiance.

Le mobilier

  • enlever tapis et paillassons ou les fixer avec de l’adhésif double face pour limiter les risques de chute ;
  • éviter les fils électriques ballants ;
  • supprimer les meubles inutiles ou encombrants sauf si la personne dépendante en a besoin pour se tenir et avancer

L’équipement lié à la marche

La canne est souvent le premier matériel médical utilisé pour le maintien à domicile. Simple ou tripode, elle rassure et soutient. Et lorsque la marche est rendue difficile, on peut opter pour un déambulateur fixe (cadre de marche) ou à roulettes qui permet des déplacements plus assurés.

Les chaussures

En cas de pieds sensibles ou douloureux, il existe des chaussures adaptées dites de confort. Elles maintiennent le pied et la cheville, limitant ainsi les risques de chute ou de torsion.
Les chaussures orthopédiques, quant à elles, sont conseillées lors des périodes post-opératoires où dans les cas de pathologies telles que le diabète, lorsque la voûte plantaire a besoin d’être particulièrement protégée.

Attention : le choix du matériel doit être fait en concertation avec le médecin et le kinésithérapeute en fonction des capacités de la personne à se déplacer chez elle.

Assurer une aide dans les gestes du quotidien

Des accessoires très simples peuvent apporter une aide efficace et améliorer la vie quotidienne lors des repas, par exemple. Un ouvre bocal adapté pour pallier le manque de force, une anse amovible pour faciliter la préhension des verres, des couverts coudés ou des ustensiles à long manche pour gagner en autonomie, des sets de table antidérapants pour éviter la chute d’objets, etc.

Certains gestes de la vie quotidienne, comme la toilette, peuvent en revanche devenir risqués voire impossibles sans une adaptation du matériel existant. Mais il n’est pas forcément nécessaire d’entreprendre d’importants travaux. Dans la salle de bains et les toilettes, par exemple, il suffit parfois de fixer une barre de maintien ou de placer des tapis antidérapants pour éviter les chutes. Des élévateurs de bain, des chaises de douche ou de baignoire, ou des rehausseurs de toilette vont faciliter grandement la toilette quotidienne. En cas de besoin, la nuit par exemple, des toilettes d’appoint peuvent être mises en place (chaises toilettes, chaises percées, etc.) dans la chambre même afin de limiter les déplacements.

Et si le handicap est plus important, le remplacement de la baignoire par une douche adaptée peut être réalisé assez rapidement. Dans ce cas, choisir une douche avec un bac profond, dont l’écoulement se fait directement par le sol (type douche à l’italienne) pour en faciliter l’accès et éviter les rebords. Dans les cas de fuite urinaire ou d’incontinence, protections anatomiques, sous-vêtements absorbants ainsi que protèges lits et alèses apportent un meilleur confort à la personne dépendante.

Favoriser le bien-être

La personne dépendante doit continuer à se sentir bien chez elle, sans rester alitée ou confinée dans sa chambre et profiter de tous les espaces de vie de la maison. Les fauteuils adaptés, peu profonds, sont un atout de confort indéniable pour la vie du malade qui craint souvent de ne pas pouvoir se relever seul. Sièges et fauteuils releveurs, coquilles ou massants sont particulièrement recommandés dans les cas de douleurs musculaires aiguës ou de manque de tonicité.

De même, pour que la personne continue à se lever et à se coucher par elle-même, il est conseillé d’adopter une literie haute, pouvant parfois être munie de barrières de sécurité.

Penser également au téléphone à grosses touches pour continuer à communiquer avec les proches, à la loupe de lecture pour lire ou faire des mots croisés, ou au casque sans fil pour la musique ou la télévision.

La domotique offre, quant à elle, une gestion automatisée de l’habitation : systèmes d’allumage automatiques grâce aux détecteurs de présence, ouverture centralisée des volets roulants, programmation des équipements électroménagers… La téléalarme (ou téléassistance) permet aussi d’alerter les proches ou les secours en cas de chute ou de malaise.

Anticiper l’évolution de la perte d’autonomie

Lorsque la perte d’autonomie ou la dépendance s’accentue, les aides à domicile deviennent nécessaires, ainsi que l’achat ou la location de matériels médicalisés.
Il faut alors prévoir des potences ou des systèmes de leviers pour aider la personne à se relever, un lit médicalisé à hauteur variable, un bassin pour les mictions nocturnes, etc. Lorsque le fauteuil roulant devient indispensable, il doit être choisi en fonction de la corpulence et du handicap de la personne (doit-il être électrique ou manipulé à la force des bras ?) et muni, comme le lit, de coussins anti-frottements pour éviter les escarres.

(1) Enquête permanente sur les accidents de la vie courante, 2016, Institut national de veille sanitaire

 

 

Cet article en synthèse

  • Pour faciliter le maintien à domicile des personnes dépendantes, une large gamme d’équipements existe : de l’accessoire pratique jusqu’au matériel d’hospitalisation.
  • Les besoins varient en fonction du degré de dépendance. Ils doivent être réévalués régulièrement.

Partagez cet article