• Diabète
  • maladie chronique

Vivre le diabète au quotidien

Temps de lecture : 8 mins

vivre avec le diabète au quotidien capteur glycémie

Comme toute pathologie, le diabète impose de respecter certaines règles pour éviter de mettre sa vie en danger. Trouver aide et soutien au quotidien permet de surcroît au malade et à son entourage de se sentir moins seuls. Voici 5 principes à suivre pour mieux vivre cette maladie.

Sommaire

Respecter son traitement

Le contrôle du diabète nécessite parfois d’associer au régime alimentaire et à l’exercice physique la prise de médicaments.

En cas de diabète de type 1, un traitement médicamenteux accompagne obligatoirement le changement d’habitudes alimentaires et l’exercice physique. Il prend la forme d’injections d’insuline qui compensent la production désormais insuffisante du pancréas. Grâce à ces apports supplémentaires, l’organisme est à nouveau en mesure d’équilibrer la glycémie. Le dosage de l’insuline dépend des besoins du patient et peut évoluer au fil de la maladie.

Lorsqu’une bonne hygiène de vie ne suffit plus à contrôler un diabète de type 2, le médecin prescrit des médicaments. Il peut s’agir d’antidiabétiques oraux associés parfois à des injections d’insuline.

L’efficacité du traitement antidiabétique dépend de la prise régulière des médicaments prescrits.

Si vous avez tendance à les oublier, placez-les dans un endroit bien visible pour y penser plus facilement. Posez les médicaments prescrits au moment des repas à côté des plaques de cuisson ou des assiettes, par exemple. Laissez ceux à prendre à jeun ou au coucher plutôt sur votre table de nuit.

Certaines circonstances modifient l’action des médicaments antidiabétiques (effort physique, repas copieux, consommation d’alcool…). Votre médecin peut vous indiquer comment modifier votre traitement afin de garder une glycémie stable même dans ces conditions.

Attention aux hypoglycémies diabétiques !
Les traitements antidiabétiques peuvent parfois provoquer des hypoglycémies. Pour pouvoir réagir rapidement en cas de malaise, ayez constamment sur vous 3 morceaux de sucre ou leur équivalent.

Réaliser régulièrement les examens de suivi

Le diabète peut entraîner divers troubles qui progressent parfois sans qu’aucun symptôme ne se manifeste. Un suivi régulier du diabète permet de surveiller l’évolution de la maladie et d’adapter le traitement en conséquence. Il aide aussi à repérer d’éventuelles complications et à les prendre en charge rapidement, condition indispensable pour réduire le risque de perte d’autonomie ou de décès du patient.

wikidépendance complication diabète

Complications du diabète

Des maladies graves à déceler rapidement

Découvrir cet article

L’Assurance maladie préconise 7 examens de suivi, à réaliser pour la plupart tous les ans.

  • Une visite chez le dentiste afin de vérifier qu’une gingivite ou une parondotite n’est pas en train d’apparaître.
  • Un électrocardiogramme (ECG) pour repérer un problème cardiaque, à compléter par une échographie-doppler des artères si le médecin l’estime nécessaire.
  • Un bilan rénal (prise de sang et analyse d’urine) permettant de diagnostiquer une néphropathie diabétique.
  • Un examen des pieds pour soigner les petites blessures (fissures, crevasses…), les mycoses et éviter ainsi les infections.
  • Un bilan lipidique pour contrôler le taux de LDL, aussi appelé mauvais cholestérol, facteur de risque cardiovasculaire.

À ces contrôles annuels s’ajoutent 2 examens supplémentaires à réaliser à des fréquences différentes.

  • La mesure de l’hémoglobine glyquée pour connaître la glycémie à jeun et suivre l’évolution du diabète (2 fois par an minimum).
  • Un examen du fond d’œil chez l’ophtalmologiste pour identifier une rétinopathie diabétique (à faire au moins tous les 2 ans).

Informer son entourage de sa maladie

Parler de sa maladie n’est pas toujours facile. Il est pourtant essentiel de le faire pour vous protéger. Inutile de rentrer dans les détails, il suffit d’expliquer à votre entourage comment vous aider en cas de problème.

Si vous êtes encore en activité, alertez le médecin du travail ou une personne en qui vous avez confiance.

Dans le cadre des loisirs notamment lors d’activités sportives, informez votre instructeur ou votre coach.

En déplacement ou en vacances, expliquez votre situation aux personnes qui vous accompagnent. Invité à un repas ou à un apéritif, prévenez vos hôtes ou les autres convives, surtout si vous buvez de l’alcool.

Ces précautions permettent à ceux qui vous entourent de savoir comment agir en cas de malaise hypoglycémique. Si l’hypoglycémie est légère, ils pourront vous aider à prendre le sucre nécessaire pour rééquilibrer la glycémie. Si elle est plus sévère, en cas de besoin, ils appelleront le médecin ou les secours.

Savoir organiser son départ en voyage

Faites part de votre intention de partir à votre médecin pour qu’il puisse renouveler vos prescriptions avant votre voyage. Demandez-lui également quels sont les médicaments délivrés sans ordonnance surtout si vous allez à l’étranger.

Renseignez-vous sur l’ensemble des démarches à réaliser. L’Assurance maladie donne de nombreux conseils pour préparer sa trousse de médicaments notamment en cas de traitement régulier.

Vérifiez qu’il est possible de continuer à pratiquer une activité physique pendant votre séjour. S’il est difficile de réaliser votre activité habituelle, marchez au moins 15 minutes après chaque repas. Cela permet à votre organisme de consommer le glucose ingéré sans risque d’hypoglycémie. Cette pratique très simple à mettre en œuvre améliore en outre la glycémie à jeun[1].

Trouver de l’aide

De nombreux dispositifs existent pour aider les personnes atteintes de diabète et leurs proches.
Même si vous vous sentez soutenu par votre entourage, n’hésitez pas à les solliciter.

Les associations de patients, lieu d’échanges entre malades et familles, apportent conseils, écoute et soutien. Pour trouver votre association locale, laissez-vous guider par la Fédération française des diabétiques. Si vous ne disposez pas d’une connexion Internet, appelez le 01-40-09-24-25.

Certains organismes s’occupent spécifiquement des enfants et des adolescents. Vous pouvez, par exemple, contacter L’Aide aux jeunes diabétiques (01-44-16-89-89) ou Enfance, Adolescence et Diabète (05-67-77-13-39). Quelques-uns d’entre eux, comme Dialog 34, l’Association des familles de l’Hérault Enfants diabétiques, sont implantés en région.

Les Maisons du Diabète regroupent des professionnels de santé spécialisés dans l’éducation thérapeutique du patient. Ces structures d’accueil, une vingtaine en France, organisent des rendez-vous individuels et des ateliers qui sont entièrement gratuits. Votre médecin traitant pourra vous préciser s’il en existe une à proximité de chez vous.

Le service Sophia Diabète proposé par l’Assurance maladie aide les patients dans la gestion de la maladie. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre caisse d’Assurance maladie ou en téléphonant au 3646.

Le programme Slow Diabète de la Fédération française des diabétiques invite à suivre 6 modules traitant de la vie quotidienne. Ce programme comprend conseils, accompagnement, échanges avec des experts et interactions avec une communauté de patients.

Ces différents dispositifs offrent la possibilité aux personnes diabétiques et à leur entourage de vivre autrement la maladie. Les contacter constitue un premier pas pour sortir de l’isolement.

Cet article en synthèse
– Des règles simples à appliquer limitent les risques associés au diabète.
– Respecter son traitement et se faire suivre met le diabète sous contrôle et facilite l’identification d’éventuelles complications.
– Informer son entourage de sa maladie favorise une réaction adaptée et rapide en cas de problème.
De même, connaître les précautions à prendre en voyage permet de sécuriser son départ.
– Enfin, sortir de l’isolement en se faisant accompagner aide à mieux vivre cette maladie chronique.

[1] Dipietro L, Gribok A, Stevens MS, Hamm LF, Rumpler W. Three 15-min Bouts of Moderate Postmeal Walking Significantly Improves 24-h Glycemic Control in Older People at Risk for Impaired Glucose Tolerance. Diabetes Care. 2013 Jun 11.