Connaissez-vous les plateformes d’accompagnement et de répit ?

À l’origine, ces structures ont été créées pour aider ceux qui accompagnent une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Leur action s’est aujourd’hui élargie aux proches qui aident des personnes en perte d’autonomie. Plus d’une centaine de plateformes d’accompagnement et de répit proposent chaque jour conseils, soutien et informations.

Quel est leur rôle ?

Les plateformes d’accompagnement et de répit ont une triple mission.
Elles proposent :

  • de l’information afin de mieux comprendre la maladie et son impact. Les proches peuvent ainsi mieux faire face à la prise en charge de la personne dépendante, qu’elle souffre de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre pathologie entrainant une perte d’autonomie;
  • du soutien aux aidants en individuel (soutien psychologique…) ou en groupe pour partager les expériences et rompre l’isolement ;
  • des solutions de répit pour donner du temps libre aux proches, leur permettre de prendre soin de leur santé et se reposer.

Un objectif majeur : prévenir l’épuisement des aidants

La majorité des plateformes d’accompagnement et de répit sont adossées à un accueil de jour. L’aidant peut ainsi profiter d’activités de répit (groupes de parole, ateliers de relaxation) pendant que la personne dépendante est prise en charge.

Ces moments permettent de prendre du recul, de rencontrer d’autres personnes qui vivent la même situation et parfois de créer de nouveaux liens.

Chaque plateforme d’accompagnement et de répit est autonome pour développer sa propre offre de services, avec notamment :

  • des formations pour les aidants,
  • des interventions d’aide à domicile pour permettre aux proches de s’absenter,
  • de l’aide pour trouver des structures médico-sociales adaptées,
  • des activités sociales et culturelles,
  • des groupes d’échanges.

Cet article en synthèse

  • Les plateformes d’accompagnement et de répit se destinent à ceux qui aident une personne en perte d’autonomie.
  • Elles sont dans la majorité des cas adossées à un accueil de jour.
  • Formations, activités sociales et culturelles, groupes de parole… Leurs actions sont multiples pour soutenir les aidants.

Partagez cet article