La maladie de Charcot : quelle prise en charge thérapeutique ?

Traiter la maladie de Charcot va permettre de ralentir sa progression, sa prise en charge limite aussi la dépendance au quotidien.

Charcot, une maladie pas si rare

En France, entre 5 000 et 7000* personnes sont atteintes de la maladie de Charcot (ou sclérose latérale amyotrophique - SLA) et 800 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année.

Un seul traitement connu

Un seul médicament, le riluzole, dispose d’une autorisation de mise sur le marché.
Il permet de ralentir l’évolution des symptômes et d’améliorer l’espérance de vie de quelques mois. En complément, des médicaments peuvent être prescrits pour réduire les troubles associés à la SLA : douleurs musculaires, crampes, constipation, etc.

Des professionnels au chevet du patient

Sans espoir de guérison totale, les patients doivent en revanche être suivis par des professionnels de santé. Des séances de kinésithérapie et d’ostéopathie permettent de garder le plus de motricité possible et d’augmenter le sentiment de bien-être. L’orthophoniste intervient contre les troubles affectant la parole, la déglutition.
Un nutritionniste conseille au niveau de l’alimentation, l’ergothérapeute sur les aménagements du domicile. Grâce à une prise en charge adaptée, 20% des malades vivent plus de cinq ans, 10% vivent plus de dix ans.

Où en est la recherche ?

De nombreuses recherches tentent de mieux comprendre la maladie de Charcot, dont les causes restent difficiles à cerner. Lancée en 2014, une grande étude française baptisée PULSE redonne espoir aux patients. Ce projet unique en Europe doit mobiliser plus de 1 000 patients dans 17 centres français qui soignent la SLA au cours des prochaines années. Objectif ? Mettre au point des nouveaux traitements ciblés en fonction des caractéristiques individuelles des patients. Le diagnostic est également un enjeu de recherche majeur, en vue d’une prise en charge précoce de cette pathologie grave.

Sources : Association pour la recherche sur la SLA / Encyclopédie Orphanet Grand Public

Cet article en synthèse

  • La maladie de Charcot est une maladie neurologique dont on ne guérit pas.
  • Une prise en charge palliative atténue néanmoins les effets de la maladie et retarde la dépendance.
  • Des recherches portent l’espoir de nouveaux traitements médicamenteux.

Partagez cet article