L’illectronisme ou l’illettrisme numérique

L’illectronisme – ou l’illettrisme numérique - est un néologisme qui caractérise l’absence de maîtrise des outils numériques, donc d’Internet. Selon un sondage CSA pour le Syndicat de la presse sociale(1), ce phénomène touche de nombreux Français de tous âges et tous milieux.


20% de Français éloignés de l’informatique et d’Internet

19% des Français ont renoncé au moins une fois au cours des douze derniers mois à faire une démarche sur Internet (impôts, Urssaf, banque, etc.).

13% des plus de 18 ans ne se connectent jamais à Internet, soit 6,7 millions de personnes, faute d’équipement, de compétences ou d’intérêt.

21% d’entre eux a moins de 35 ans
Le profil des Français qui peinent à naviguer est inattendu :
- deux tiers sont des actifs,
- 21% sont des “digital natives”, c’est-à-dire qu’ils ont moins de 35 ans et sont nés avec Internet.

 

- 94% d’entre eux sont équipés (par exemple, ils possèdent un téléphone portable) et bénéficient très majoritairement d’une connexion Internet à domicile. (94% des cas).

50 % des non-internautes résident dans des communes de moins de 20 000 habitants

La fracture est autant territoriale que sociale et générationnelle :
- 66% ont plus de 65 ans,
- 74% des non-diplômés s’estiment peu ou pas compétents pour utiliser un ordinateur,
- 41% des personnes ayant de bas revenus n’ont jamais appris à se servir des outils numériques, mais près de la moitié d’entre eux souhaitent être formés.

Des conséquences douloureuses

Un grand nombre d’administrations demandent désormais de faire des démarches en ligne et beaucoup de personnes ont des difficultés à les accomplir. Par exemple, pour bénéficier du RSA ou déclarer la naissance d’un enfant, il faut dorénavant passer par le site de la Cnaf (Caisse nationale des allocations familiales), caf.fr.

Un coup de pouce d’1,05 milliard d’euros

Selon une autre étude(2), un investissement de plus d’un milliard d’euros sur six ans serait nécessaire pour accompagner massivement les publics en difficulté vers l’acquisition de compétences numériques de base.

 

650 agents de la CAF au service des usagers
Certaines administrations ont déjà pris le problème en main. La Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) dédie 650 agents dans ses agences afin d’aider les usagers dans leurs démarches en ligne sur le site caf.fr. S’ils veulent aller plus loin dans l’apprentissage de compétences, les CAF les orientent vers des partenaires de la médiation numérique.

(1) Enquête réalisée en février 2018 par téléphone sur un échantillon de 1011 Français, renforcée par des entretiens avec 203 personnes âgées de 70 ans et plus.
(2) Réalisée par CapGemini Consulting pour WeTechCare (association lancée par Emmaüs et Google pour favoriser l’accès de tous à Internet) à l’occasion du lancement le 12 décembre 2017 par le Secrétaire d’État chargé du numérique, Mounir Majhoubi, de la stratégie nationale pour un numérique inclusif.

Tutélaire, mutuelle éditrice de Wikidépendance et adhérente du syndicat SPS, soutient son action contre l’illectronisme.

Partagez cet article