Les seniors, cibles privilégiées de la cybercriminalité

Isolement des personnes âgées, méconnaissance, peur de mal faire et méfiance vis-à-vis de l'outil rendent l'accès au numérique complexe pour nos aînés. Plus vulnérables, ils deviennent des cibles très lucratives pour les cybercriminels.

86 % des plus de 55 ans ont accès à Internet chez eux et 35 % des plus de 55 ans y consacrent minimum 20 heures par semaine : tels sont les résultats d’une étude réalisée en mai 2018 par la société d’études B2B International pour Kaspersky Lab, entreprise mondiale de cybersécurité. Les seniors sont donc de plus en plus connectés, souvent par nécessité en raison de la dématérialisation des services administratifs (impôts, assurance maladie, retraites…).

Des formations sur les dérives du net

Les proches mettent souvent en garde leurs aînés contre les cyberattaques du web. 57 % se disent préoccupés pour la sécurité de leurs aînés connectés et 31 % les sensibilisent régulièrement aux risques associés à l’utilisation d’Internet. Afin de les aider à dépasser leurs craintes, il existe des initiations au web. L’objectif des cours est d’apprendre aux personnes âgées les bonnes pratiques pour qu'elles retrouvent confiance en elles. Le Centre communal d’action sociale (CCAS) de votre commune pourra vous orienter vers le dispositif le plus adéquat.

Aidez-le à se protéger

Vous pouvez aider votre proche à se protéger des virus ou des piratages en ligne, par exemple en l’aidant à choisir des mots de passe efficaces. Mais aussi en installant des logiciels de sécurité efficaces sur tous ses équipements, y compris son mobile, vous pourrez maîtriser les risques pour sa sécurité et le protéger contre toute activité numérique malveillante.

Des cibles conscientes de leur fragilité

Ce qui n’est pas sans risque : arrivées tardivement aux outils informatiques, les personnes âgées sont plus crédules et cliquent plus facilement sur une publicité, un lien dangereux... Elles sont donc plus exposées aux virus et autres escroqueries du web. D’ailleurs, les seniors redoutent le passage au tout numérique, conscients d’être des proies faciles : 16 % connaissent une victime d’escroquerie en ligne parmi les membres plus âgés de leur famille.

Cet article en synthèse

  • Les personnes âgées sont vulnérables face aux attaques des cybercriminels.
  • Des dispositifs de formation existent pour les sensibiliser à la cybercriminalité et les aider à dépasser leurs craintes.
  • Installer des logiciels de sécurité sur tous ses équipements permet de les aider à se protéger.

Partagez cet article