Maladie d’Alzheimer : les idées reçues

La connaissance de cette pathologie neuro-dégénérative qui touche 1 200 000 personnes en France a progressé depuis quelques années. Pourtant, de nombreuses idées reçues persistent sur cette maladie qui fait partie des premières causes de dépendance. France Alzheimer nous aide à y voir plus clair.

La maladie d’Alzheimer est une conséquence naturelle de la vieillesse.

FAUX ! La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro-dégénérative bien spécifique et incurable. Elle provoque une mort lente et progressive des neurones. Les symptômes n’apparaissent d’ailleurs souvent que plusieurs années après qu’elle se soit déclarée dans le cerveau.

La maladie d’Alzheimer touche uniquement les personnes âgées.

FAUX ! 30 000 personnes de moins de 60 ans sont touchées en France par cette maladie. Certaines d’entre elles ont vu les symptômes apparaître dès leur trente ans. Toutefois, le nombre de personnes atteintes augmente de façon exponentielle avec l’âge.

Une personne de ma famille est atteinte par la maladie. Je l’aurai donc aussi.

FAUX ! Seul 1% environ des cas diagnostiqués ont une cause génétique et sont dits « héréditaires ». Chacun peut potentiellement développer la maladie sans avoir eu de cas au préalable dans sa famille.

Je fais des mots fléchés et/ou des sudokus tous les jours. Je suis protégé contre la maladie d’Alzheimer.

FAUX ! Les exercices stimulant la mémoire sont excellents pour le cerveau. Mais aucune étude ne prouve aujourd’hui leur capacité à prévenir la maladie. Ils peuvent toutefois contribuer à ralentir son évolution. Malheureusement, il n’existe ni remède miracle, ni traitement préventif contre la maladie d’Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer est surtout difficile pour l’entourage. Le malade ne se rend compte de rien.

FAUX ! Cette pathologie est évolutive. Elle est difficile à vivre pour la personne malade comme pour sa famille. Pendant de longues années, les personnes malades sont conscientes par moments de leurs pertes de mémoire et de leurs défaillances. La perte de toute lucidité n’intervient qu’à un stade très avancé de la maladie.

Aujourd’hui, on diagnostique facilement la maladie d’Alzheimer.

FAUX ! Le diagnostic de la maladie est complexe et long à établir. Il peut être posé par un spécialiste (neurologue, psychiatre) ou en consultation mémoire. Le médecin généraliste occupe un rôle important car il peut détecter l’apparition des premiers signes et orienter son patient vers un spécialiste.

Si je suis malade, je serai soigné(e).

FAUX ! À ce jour, aucun traitement ne permet de guérir la maladie d’Alzheimer, même s’il existe des médicaments agissant sur certains symptômes ou des thérapies non médicamenteuses. Des structures de diagnostic, d’accueil et de soins adaptées se développent aussi mais les familles manquent souvent d’information sur ces dispositifs.

Les structures d’accueil répondent parfaitement aux besoins des malades et des familles.

FAUX ! En fonction du stade de la maladie, différentes solutions sont proposées aux personnes malades pour être prises en charge (accueil de jour, Ehpad, établissement hospitalier de long séjour…). Mais ces structures sont encore peu nombreuses. Le personnel n’est pas toujours suffisamment formé et leur coût journalier ne permet pas une prise en charge de tous les malades.

Cet article en synthèse

  • La maladie d’Alzheimer ne touche pas seulement les personnes âgées.
  • Elle est évolutive, n’est pas héréditaire et ne se diagnostique pas facilement. 
  • Il n’existe aucun traitement pour guérir de cette maladie et les structures d’accueil pour les malades sont encore trop rares.

Partagez cet article