Ostéoporose : attention aux risques de fractures !

L’ostéoporose n’est pas à proprement parler une maladie, mais plutôt la conséquence d’un processus naturel lié au vieillissement. À partir de 65 ans si vous êtes un homme, et après la ménopause si vous êtes une femme, votre masse osseuse diminue progressivement et vos os se fragilisent. Une perte de résistance qui vous prédispose aux fractures.

Qu’est-ce que l’ostéoporose ?

L'os est un tissu en perpétuel renouvellement. Durant toute la vie, votre squelette est soumis à des épisodes de remodelage osseux où se succèdent des phases de résorption où des phases de formation osseuse. Pourtant, à partir d’un certain âge, la quantité d’os reconstituée diminue. Ce phénomène se remarque après la ménopause chez la femme, et à partir de 65 ans chez l’homme. On parlera d’abord d’ostéopénie pour une déminéralisation modérée de l'os, puis d’ostéoporose à partir d’un certain niveau de perte osseuse. L’ostéoporose entraîne un risque aggravé de fractures, notamment de la hanche, de l’épaule, du poignet, ou vertébrale.

Des facteurs aggravants connus

Ils peuvent accélérer la perte osseuse et conduire à l’apparition plus rapide d’une ostéoporose.

  • Le manque d'exercice
    Les périodes d'immobilisation prolongées fragilisent l'os.
  • Un déficit en calcium
    Le calcium alimentaire est indispensable à la minéralisation du tissu osseux. Certains régimes pauvres en lait et en produits laitiers n'apportent pas la ration suffisante en calcium. L’anorexie mentale entraîne également une carence des apports en calcium. Enfin, la consommation excessive de café, de sel et de protéines peut produire une fuite de calcium dans les urines.
  • Une carence en vitamine D
    Cette vitamine est nécessaire à la solidité des os car elle permet à l’intestin d’absorber le calcium alimentaire. Le manque d'ensoleillement est aussi responsable d'une baisse de la synthèse ou de la fabrication de la vitamine D.
  • La consommation de tabac et d’alcool
    Le tabac a une action dommageable sur l'os, tout comme la consommation excessive d'alcool qui est responsable d'une diminution de la formation de l'os.
  • Les maladies
    L’hyperthyroïdie, le diabète, mais également les maladies digestives et les rhumatismes inflammatoires multiplient le risque d’ostéoporose.
  • Les traitements médicamenteux
    La prise de corticoïdes pendant une longue durée et certains traitements anti hormonaux utilisés dans les cancers du sein ou de la prostate peuvent provoquer une perte osseuse.
  • L’hérédité
    L'existence d'une ostéoporose chez la mère est un facteur de risque reconnu. Il multiplie par 2 la possibilité que ses descendants subissent une fracture du fémur.

Reconnaître les signes avant-coureurs

Comme il n’y a pas de symptôme propre à l'ostéoporose, et que celle-ci n’est pas douloureuse, vous pouvez facilement ignorer que vous êtes atteint d’ostéoporose. Il existe cependant des signes qui peuvent vous alerter et vous encourager à consulter votre médecin avant qu’une fracture ne se produise :

  • Une réduction de votre taille (3 cm au moins)
  • Une ménopause avant 40 ans
  • Une maigreur anormale
  • Une prise de médicaments dont la nocivité pour le squelette est reconnue
  • Une fracture du col du fémur chez l’un de vos parents
  • Une carence vitaminocalcique avérée

Diagnostiquer pour mieux prévenir

Il est facile de procéder à un diagnostic précoce de la détérioration osseuse. Il suffit de réaliser une ostéodensitométrie qui permettra de mesurer votre Densité Minérale Osseuse (DMO), à savoir la teneur des minéraux (calcium, phosphore, etc.) présents dans vos os. À partir des résultats de cet examen, et la prise en compte de vos facteurs de risques, votre médecin évaluera votre risque de fracture dans les 10 années à venir.

Cet article en synthèse

  • L’ostéoporose se manifeste par une perte de densité des os qui prédispose aux fractures.
  • Elle touche les personnes âgées, mais peut survenir après la ménopause chez la femme.
  • L’ostéodensitométrie permet de mesurer votre densité minérale osseuse et de détecter l’ostéoporose.

Partagez cet article