Adapter son logement à la perte d’autonomie : pensez au crédit d’impôt !

Pour rester chez soi le plus longtemps possible tout en bénéficiant d’une réduction fiscale, le crédit d’impôt en faveur des personnes dépendantes pour l’aménagement de leur logement est prolongé et élargi à de nouveaux équipements.

Malgré les années qui passent, vous êtes nombreux à souhaiter rester chez vous. Autre option pour éviter la « case » maison de retraite, être hébergé temporairement chez vos enfants. Dans les deux cas, il est nécessaire d’investir pour aménager les logements.
En 2018, les députés ont donc prolongé jusqu’à fin 2020 l’avantage fiscal au titre “des dépenses d’installation ou de remplacement d’équipements spécialement conçus pour les personnes âgées et handicapées”.

Qui peut en bénéficier ?

Vous bénéficiez du crédit d’impôt si :

  • Vous êtes propriétaire, locataire ou occupant à titre gratuit.
  • Les travaux ont été réalisés en 2005 ou après dans votre habitation principale par la même entreprise qui fournit les équipements. Celle-ci vous fournira une attestation indiquant que les équipements sont bien destinés à l'usage d'une personne âgée et/ou handicapée.

Aucun justificatif (carte mobilité inclusion, APA) n’est demandé.

Quels sont les équipements éligibles ?

Les travaux portent sur des installations dédiées à “l’accessibilité du logement” : toilettes surélevées, lavabos réglables, douches aménagées, barre de maintien ou de redressement, rampes, monte-escalier et ascenseurs électriques à traction*, etc.

 

Elargi, le crédit d’impôt intègre dorénavant les dépenses liées à “l’adaptation du logement à la perte d’autonomie” : revêtement antidérapant dans la douche, système de commande des installations électriques ou de gaz, volets roulants électriques, éclairage couplé à un détecteur de mouvement, portes coulissantes, etc.

Connaitre la liste complète des équipements.

Quel est le montant de l’avantage fiscal ?

La somme déductible de vos impôts s’élève à 25% du montant total de la facture, incluant donc la main d’œuvre et les taxes.
Il existe malgré tout un plafond de dépenses de 5 000€ pour une personne seule, 10 000€ pour un couple. Ce plafond est majoré de 400€ par enfant à charge, 200€ en cas de résidence alternée. Autre subtilité fiscale, le plafond tient compte de toutes les dépenses effectuées lors des cinq dernières années.

D’autres dispositifs d’aide au maintien à domicile

Il n’y a pas que le crédit d’impôt pour vous aider à vivre le plus longtemps possible chez vous. L’Agence nationale de l’habitat (Anah), par exemple, propose des aides financières pour encourager la réalisation de travaux d’amélioration des logements privés. Exemples : le remplacement de la baignoire par une douche de plain-pied ou l’installation d’un monte-escalier électrique.

Cet article en synthèse

  • En 2018, le crédit d’impôt au titre des dépenses d’installation ou de remplacement d’équipements spécialement conçus pour les personnes âgées et handicapées a été prolongé jusqu’en 2020 et élargi à de nouveaux équipements.
  • Cet avantage fiscal favorise le maintien à domicile des personnes dépendantes.
  • Il permet de déduire de ses impôts jusqu’à 25% de la facture totale (selon plafond applicable).

Partagez cet article