Aide à la toilette : avoir la bonne distance

Comment aider un proche dépendant à prendre sa douche ? Dans cette situation de vulnérabilité, l’aide à la toilette dépasse le simple acte d’hygiène et fait entrer la relation aidant-aidé dans la sphère de l’intime.

Une étape importante dans la perte d’autonomie

Accompagner un proche dépendant dans l’acte intime qu’est la toilette n’est pas aisé. Les professionnels de l’aide à domicile sont alors une aide précieuse car ils savent comment aborder la nudité de la personne dépendante.
Mais dans certains cas, c’est à vous d’aider votre proche. Pour lui, « se faire laver » par son conjoint ou son enfant peut être mal vécu. Cette étape importante dans la perte d’autonomie doit lui être proposée progressivement et ne pas être banalisée car elle va impacter votre relation avec la personne dépendante.
Une attitude et des gestes respectant l’intimité et la nudité de votre proche vont être alors indispensables pour trouver la bonne distance.

La bonne attitude et les bons gestes

  • Choisir le bon moment
    L’aide à la toilette doit se faire dans le calme, la sérénité et au rythme de la personne aidée, en respectant ses habitudes : préfère-t-elle un bain le soir ou une douche le matin ?
  •  Préparer le temps de la toilette
    Le choix des vêtements de la personne dépendante est important car il prépare le temps de la toilette. Vous pouvez lui présenter deux tenues adaptées à la saison afin qu’elle puisse choisir. Avant de l’accompagner dans la salle de bains, veillez à ce que tout le matériel nécessaire à la toilette (produits d’hygiène, brosse, gants et serviettes, vêtements propres…) soit prêt, mais aussi que la pièce soit à la bonne température, qu’aucun objet n’encombre le passage et que le sol ne soit pas humide ou glissant.

La communication, indispensable pour mettre à l’aise

Durant la toilette, expliquez à votre proche tous vos gestes ("Je vais te laver le bras droit"," je vais te frotter le dos ") afin de le rassurer et le mettre en confiance. Vous pouvez aussi parler de la chaleur de l'eau, de la couleur de la serviette, de l'odeur du savon, etc.. Avec l’autre main, maintenez un contact avec sa peau. Le ton de la voix associé à la douceur des gestes le mettra à l'aise.

Si c’est possible, faites-le participer : cela lui permettra de maintenir son autonomie et évitera la gêne.

Pour respecter sa nudité, pensez à couvrir ses parties intimes et à fermer les fenêtres ou tirer les rideaux.

À la fin du soin, vous pouvez lui proposer de se regarder dans le miroir, pour que la personne aidée continue à garder une image d’elle-même, surtout après être coiffée ou maquillée.

Bon à savoir : Si votre proche présente des troubles cognitifs (maladie d’Alzheimer), ne commencez pas la toilette par le visage mais par les membres supérieurs (main, bras) pour éviter de le déstabiliser et qu’il se sente agressé.

Cet article en synthèse

  • L’aide à la toilette d’une personne dépendante n’est pas un simple acte d’hygiène et impacte la relation aidant-aidé en la faisant entrer dans la sphère de l’intime.
  • Toucher et voir le corps de son proche dépendant nécessite une attitude qui respecte son intimité et sa nudité.
  • Choisir le bon moment, laisser la personne dépendante participer et disposer de ses vêtements, parler avec douceur… Autant de gestes qui favoriseront la relation avec votre proche lorsque vous l’aiderez à faire sa toilette.

Partagez cet article