Comment occuper une personne dépendante ?

Par choix ou nécessité, de plus en plus de personnes accueillent leurs parents dépendants à domicile ou leur consacrent régulièrement du temps. Des activités adaptées à leur autonomie permettent de les divertir tout en stimulant leurs capacités cognitives et motrices. Revue de détails.

Des activités manuelles

Ateliers peinture, poterie, coloriages pour adultes aux vertus apaisantes reconnues, tricot, scrapbooking, puzzles, jeux de construction. Ces activités mobilisent la concentration et maintiennent la dextérité de la personne âgée dépendante.

Autre source de distraction, la cuisine. Concocter des recettes simples valorise les personnes dépendantes, leur redonne l’envie de manger. Cuisiner stimule l’odorat, le toucher, le goût. Éplucher les légumes agît sur la motricité des mains.

Des activités cérébrales

Tous les prétextes sont bons pour stimuler la mémoire et la réflexion des personnes vieillissantes. Exemples d’activités : jeux de société (Scrabble, Pictionary), jeux de cartes, Memory, pendu, etc. Se plonger dans les albums de photos fait appel aux souvenirs.

Parfois déprimées, les personnes dépendantes refusent les activités. Le rôle de l’aidant est de les inciter à participer, sans jamais les forcer. Il est conseillé de les associer au choix de l’activité.

Des activités physiques

La marche à pieds (simple promenade, acheter du pain, sortir le chien) lutte contre la perte d’autonomie tout en favorisant la socialisation (rencontre avec les commerçants, les voisins). Le yoga, la gymnastique douce ou de simples étirements sont également recommandés.

De nombreuses études montrent l’influence du jardinage sur la santé physique et mentale (on parle d’hortithérapie). Planter des fleurs et les arroser stimulent la motricité et l’équilibre. Surtout, le jardinage inscrit les personnes dépendantes dans un projet à moyen-terme, leur donne des repères sur le cycle des saisons. Elles retrouvent un lien avec la nature. Pas besoin d’un grand jardin. Des pots sur un balcon ou des potagères surélevées, accessibles à tous, font l’affaire.

Des activités culturelles

En fonction de leur autonomie et de leur capacité de concentration, il est possible d’accompagner ses proches au cinéma, à une exposition ou au musée. Une sortie culturelle valorise une personne dépendante, et lutte contre le sentiment d’isolement.

À la maison, la télévision, la radio, la lecture de la presse quotidienne ou d’un livre à voix haute sont bénéfiques pour la réflexion et l’imagination. Ils restent connectés avec le monde qui les entoure.

Chanter est un excellent moyen de travailler sa mémoire en faisant appel aux souvenirs des chanteurs qui ont rythmé la jeunesse des aînés. Côté musique, la pratique d’un instrument adapté – des percussions, par exemple – permet de laisser libre cours à son imagination et de travailler la motricité.


Le rôle de l’aidant est de les
inciter à participer


Planter des fleurs et les arroser
stimulent la motricité et l’équilibre


Chanter est un excellent moyen de
travailler sa mémoire


Concocter des recettes simples
valorise les personnes dépendantes

Cet article en synthèse

  • Les aidants jouent un rôle central dans l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie.
  • Des activités intellectuelles, manuelles, sportives ou ludiques valorisent le proche en situation de dépendance. Elles stimulent ses capacités cognitives et motrices et retardent l’avancée de la dépendance.

Partagez cet article