De l’importance de bien manger en maison de retraite

Qualité de vie et socialisation, tels sont les maîtres mots de la restauration en maison de retraite. Si vous cherchez une place pour un parent, le traitement de l’alimentation est un critère de choix. Il en va du bien-être, mais aussi de la santé de votre proche.

Mousse d’artichaut à la provençale, Parmentier avec son méli-mélo de salades, fromage frais au coulis de fruits rouges et salade de melon à la menthe, un menu gastronomique dans un restaurant trois étoiles ? Non, un menu savoureux préparé dans une maison de retraite !

Bien manger pour bien vieillir

Et pour cause : 40 % des résidents en EHPAD ou en maison de retraite souffrent de dénutrition(1), celle-ci favorisant l’installation de la dépendance(2). Soucieuses du bien-être de leurs résidents, les maisons de retraite portent aujourd’hui aux repas une attention toute particulière. Ainsi, les régimes restrictifs sont désormais exclus pour les seniors de plus de 70 ans, un apport calorique trop faible pouvant entraîner des troubles très dommageables pour leur santé (fatigue ou vertiges avec risques de chute). Des repas déséquilibrés ou trop gras favorisent le diabète et le cholestérol. Quant aux maladies rénales, leur fréquence est bien plus élevée chez les sujets déshydratés.

40 %
des résidents
en EHPAD ou en maison
de retraite souffrent
de dénutrition

Prévenir la dénutrition

Pour les chefs cuisiniers d’EHPAD ou de maison de retraite, c’est un réel défi : ils doivent non seulement satisfaire les goûts et les habitudes de chacun, mais aussi adapter les menus et leurs textures aux résidents atteints de troubles de la déglutition ou de la mastication. La plupart ont suivi des formations spécifiques sur tous les aspects de l’alimentation en maison de retraite (équilibre alimentaire, textures modifiées…). Ainsi, un menu type doit être composé avec tous les groupes d’aliments :

  • les produits laitiers riches en calcium, réduisent la fragilité osseuse, et donc les fractures du col du fémur en cas de chute ;
  • les protéines (viande, œufs et poisson) maintiennent une masse musculaire convenable, garante du tonus de la personne âgée ;
  • les acides gras (huiles et oméga 3) préservent les fonctions cognitives.

Bon à savoir : si vous avez un parent résident d’une maison de retraite, pensez aux soins dentaires pour améliorer sa mastication. Il pourra diversifier les apports alimentaires par davantage de fruits frais, de viande et de pain.

L’alimentation, une donnée à ne pas négliger

Avant de vous décider sur le choix d’une maison de retraite, les repas et leur organisation sont donc à prendre en considération, au même titre que l’offre de soins proposée.
Voici quelques conseils :

  • assurez-vous de la présence d’un médecin coordonnateur, même à mi-temps,
  • demandez à prendre un repas pour vous faire une idée de la qualité de la cuisine.
  • faites-vous transmettre une grille des derniers menus pour connaître la nature des plats servis (cuisine traditionnelle ou produits industriels) et l’équilibre nutritionnel (protéines, produits laitiers, fruits et légumes).
  • informez-vous sur les horaires des repas (idéalement proches des horaires traditionnels).
  • assurez-vous qu’un choix alternatif est proposé, au moins pour le plat principal (en principe, une fiche de goûts doit être remplie à l’entrée).

S’il existe encore des établissements qui privilégient la rentabilité à la qualité, la tendance est de favoriser une alimentation variée, équilibrée et surtout plaisante. Associée à un cadre agréable (belle table, salle de restaurant lumineuse et joliment décorée), elle stimulera l’appétit des personnes âgées dont le plaisir gustatif est souvent diminué.

(1) Chiffres de l’Atih (Agence technique de l’information sur l’hospitalisation).
(2) Dénutrition, une pathologie méconnue dans une société d’abondance – Ministère de la santé et des sports - http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/brochure_denutrition.pdf

Cet article en synthèse

  • Longtemps montrées du doigt, les maisons de retraite portent désormais aux repas une attention toute particulière, soucieuses du bien être de leurs résidents.
  • 40 % des résidents en Ehpad ou en maison de retraite souffrent de dénutrition.
  • Les régimes restrictifs n’ont plus leur place chez les seniors de plus de 70 ans, une alimentation insatisfaisante pouvant entraîner des troubles très dommageables pour leur santé.
  • Un menu type doit se composer de tous les groupes d’aliments (produits laitiers, protéines, acides gras).

Partagez cet article