Est-il possible de prévenir la maladie de Parkinson ?

On ne connaît pas aujourd’hui de moyen de prévenir cette maladie neurodégénérative qui touche 25 000 nouvelles personnes chaque année. Mais garder un cerveau en bonne forme permet vraisemblablement d’être mieux armé contre l’apparition de Parkinson.

Parkinson concerne 200 000 personnes en France. Les causes exactes de la maladie restent inconnues. “La majorité des cas est d’origine multifactorielle avec une combinaison, variable d’un patient à l’autre, de facteurs environnementaux – alimentation, stress, infections virales, pesticides, etc. – et de prédispositions génétiques susceptibles de déclencher la maladie”, résume Marie Fuzzati, chargée de mission Recherche à l’association France Parkinson.

Sans savoir d’où vient la maladie, difficile de s’en prémunir. Médecins et chercheurs s’accordent à dire qu’on ne peut pas prévoir l’apparition de Parkinson.

Compenser le manque de dopamine

S’il n’existe pas de remède miracle, “garder un cerveau en bonne forme par une hygiène de vie appropriée et une activité physique régulière permet vraisemblablement de retarder l’apparition de Parkinson et des maladies neurodégénératives en général”, écrit Philippe Damier*, neurologue au CHU de Nantes.

Les symptômes parkinsoniens ne se développent que lorsque le manque de dopamine cérébrale est conséquent (plus de 70%). Pour Philippe Damier, “le cerveau possède donc de fortes capacités de compensation qui lui permettent de fonctionner longtemps normalement. Il est probable que l’activité physique régulière, la stimulation cognitive et le maintien du lien social soient des éléments de renforcement de ces capacités de compensation”.

Vitamines, café et… cigarettes

Une alimentation riche en vitamines (notamment B6), anti-oxydants ou oméga 3 aurait également un effet protecteur du cerveau. Des études épidémiologiques affirment que le risque de développer la maladie est inférieur de 30% chez les consommateurs de café – en particulier les hommes – en prévenant la perte des cellules nerveuses dopaminergiques impliquées dans la maladie.

La consommation de tabac réduirait le risque de survenue de la maladie. Différentes explications ont été proposées mais restent controversées et sujettes à discussion. Difficile, quoi qu’il en soit, de conseiller la cigarette pour se protéger de la maladie de Parkinson.

Haro sur les pesticides

Plusieurs études mettent en évidence un risque accru de Parkinson en cas d’exposition répétée et prolongée dans le temps à des pesticides. Pour preuve, la pathologie est aujourd’hui reconnue comme maladie professionnelle chez les agriculteurs. Il est donc conseillé de limiter l’usage de ces produits au profit de méthodes naturelles.

Enfin, parmi les causes possibles pouvant expliquer Parkinson figurent des micro-infarctus cérébraux. Par conséquent, les bons réflexes pour réduire le risque d’AVC sont forcément utiles pour se préserver de Parkinson. En savoir plus : Comment réduire le risque d’AVC ?

* Maladie de Parkinson : facteurs environnementaux et prévention. CERIN - Centre de recherche et d’informations nutritionnelles. Juillet – Aout 2018.

 

Cet article en synthèse

  • Il n'existe pas de moyen reconnu par les médecins pour prévenir la maladie de Parkinson.
  • Avoir une bonne hygiène de vie, faire du sport, avoir une alimentation saine permettrait de réduire le risque d’être atteint de Parkinson.

Partagez cet article