AVC : comment mieux le prévenir ?

Chaque année, en France, plus de 140 000 personnes subissent un accident vasculaire cérébral (AVC). 75 % d’entre elles ont plus de 65 ans[1]. C’est d’ailleurs la première cause de handicap chez l’adulte et la deuxième cause de démence chez les seniors[2]. Pourtant, quelques mesures simples à mettre en œuvre pourraient mieux le prévenir et limiter les récidives. Connaître les facteurs de risque, savoir les mettre sous contrôle, agir pour améliorer son état de santé… Wikidépendance vous explique comment vous prémunir au mieux.

Les 5 mesures préventives pour réduire le risque d’AVC

L’AVC peut avoir de lourdes conséquences. En effet, lors d’une attaque cérébrale, le sang s’arrête brutalement de circuler dans une partie du cerveau. Les cellules touchées sont privées d’oxygène et meurent générant des pertes fonctionnelles ou des désordres psychiques parfois irrémédiables.
Or, 5 mesures préventives permettraient de réduire de 80 % le risque d’AVC[3].

1) Surveiller sa tension

L’hypertension artérielle est la maladie chronique la plus répandue en France. Pourtant, selon la Société française neuro-vasculaire (SFNV), une personne hypertendue sur deux ignore son état. Or, une pression élevée dans les artères favorise la rupture des vaisseaux sanguins (AVC hémorragique) ou leur obstruction (AVC ischémique).

Si votre tension est supérieure à 14/9 cm/hg, de façon continue et au repos, consultez votre médecin.


En savoir plus : Pourquoi sommes-nous hypertendus ?

Équilibrer la tension artérielle passe nécessairement par un traitement médicamenteux. S’alimenter sainement, surveiller son poids et avoir une activité physique régulière sont indispensables pour renforcer l’efficacité de celui-ci.

2) Contrôler régulièrement son cholestérol

Faites un bilan lipidique tous les ans pour vérifier que votre taux de cholestérol est bien dans la norme. S’il dépasse 2 g/l ou si le « mauvais cholestérol » (LDL) est supérieur à 1,6 g/l, il faut agir. En effet, le LDL participe à la formation des plaques d’athérome qui viennent progressivement boucher les artères.

En cas d’hypercholestérolémie, avant d’avoir recours aux médicaments, le médecin propose d’associer pendant trois mois régime alimentaire et activité sportive.

Vous ne savez quel sport choisir ? Vous craignez de vous lasser ? Retrouvez tous nos conseils dans notre article Sport et activité physique, pour bien vieillir… bougez !

3) Manger sainement

Modifier ses habitudes alimentaires permet à la fois de diminuer sa tension artérielle et de contrôler son cholestérol.

Limitez les graisses

Cuisez les aliments dans un cuit-vapeur, une poêle antiadhésive ou un wok. Si besoin, ajoutez de l’huile d’olive car elle est sans effet sur le taux de cholestérol. Optez pour des viandes maigres, du poisson et, de préférence, des produits écrémés.
Assaisonnez légumes cuits et salades avec des huiles riches en Oméga 3 (colza, lin, chanvre…). Associez-y, de temps en temps, de l’huile de tournesol : sa teneur en Oméga 6 favorise la baisse du cholestérol.
Évitez les graisses saturées des produits d’origine animale (viande, œufs, produits laitiers…) ou transformés (tartes, crèmes dessert…).

Mangez des fruits et des légumes frais ou secs

Leurs fibres favorisent l’élimination du cholestérol et leur apport en vitamine C semble aider à prévenir les AVC[4]. Consommez persil, poivrons et brocolis, crus ou très peu cuits pour préserver leurs nutriments. Côté fruits, sélectionnez kiwis, agrumes (oranges…), fruits exotiques et fruits rouges (papayes et fraises, en particulier).

Consommez au moins deux fois par semaine des poissons gras

La forte concentration en Omega 3 des saumons, sardines et maquereaux permet de réduire le risque d’AVC ischémique[5].

Préparez vous-même vos repas

Les plats industriels et les aliments transformés (conserves, charcuterie, fromage, biscuits, céréales du petit déjeuner…) contiennent beaucoup de sel. Pour limiter ce facteur d’hypertension, préférez les plats faits maison.

Ayez une alimentation riche en potassium

Le potassium facilite l’élimination du sodium et dilate les vaisseaux sanguins. Il a donc un effet doublement bénéfique sur la tension.
Privilégiez les pousses d'épinard, artichauts, brocolis, choux romanesco et légumineuses en évitant de les cuire à l’eau bouillante.
Côté féculents, consommez panais, céleri-rave, patate douce et châtaignes cuites à l'eau.
Côté fruits, misez sur l’avocat, les dattes, les bananes ou bananes plantain, les fruits de la passion.
Et, pour le plaisir, autorisez-vous un ou deux carrés de chocolat noir à 70 % de cacao minimum par jour.

Limitez l’alcool

Veillez à ne pas dépasser deux verres par jour (un verre à partir de 65 ans). Pensez aussi à espacer vos consommations au cours de la semaine. En effet, en favorisant l’hypertension, l’alcool augmente de 27 % le risque d’AVC[6].

4) Pratiquer une activité physique

Une activité physique régulière réduit le risque d’AVC ou de maladie cardiovasculaire.
En effet, faire de l’exercice permet :
• de réduire le mauvais cholestérol (LDL) au profit du bon (HDL),
• de diminuer la pression artérielle, évitant ainsi l’hypertension,
• de contrôler son poids.

Alors choisissez un sport qui vous convient (marche, yoga, vélo…) et multipliez les occasions de bouger (jardinez, prenez les escaliers…) !

 

5) Arrêter de fumer

Le risque d’être victime d’un AVC ischémique cérébral double chez les fumeurs. En effet, l’inhalation du tabac déclenche une série de réactions entraînant l’obstruction progressive des artères.

Vous avez du mal à arrêter ? Faites-vous accompagner par des professionnels de santé (tabacologue, addictologue, psychologue). Pratiquez la sophrologie ou l’acupuncture pour vous détendre, notamment pendant la période de sevrage. Utilisez les outils proposés par Tabac info service : suivi au 3989 ou sur tabac-info-service.fr, coaching via l’application à télécharger.

Profitez du mois de novembre pour vous lancer !

En relevant le défi du #MoisSansTabac, vous bénéficiez d’un suivi, de conseils et du soutien de la communauté du #MoisSansTabac.

Les autres facteurs à mettre sous contrôle

D’autres facteurs peuvent déclencher un AVC. Parmi eux, le diabète, les migraines avec aura et l’apnée du sommeil sont à surveiller de près.

Quels signes peuvent faire suspecter un diabète ?

L’apparition de certains symptômes doivent alerter :
• une soif et une envie d’uriner continues car l’organisme élimine l’excès de sucre par les urines,
• une faim permanente due à la mauvaise régulation de l’insuline qui n’envoie plus le signal de de satiété au cerveau,
• Une sensation d’épuisement, des troubles érectiles, une vision floue ou encore des accès de somnolence.
En cas de doute, n’hésitez pas à faire part de vos inquiétudes à votre médecin.

Reconnaître une migraine avec aura

Les migraines avec aura, ou migraines ophtalmiques, doubleraient le risque d’AVC[7] lorsqu’elles commencent après l’âge de 50 ans.

Une gêne visuelle (points lumineux, mouches…), des fourmillements, des engourdissements ou des troubles du langage apparaissent avant votre migraine ? Vérifiez bien auprès de votre médecin que ces symptômes ne sont pas ceux d’une migraine avec aura.

Comment savoir si vous souffrez d’apnée du sommeil ?

Vous ronflez ou vous êtes souvent très fatigué dans la journée ? Parlez-en à votre médecin traitant afin qu’il vous oriente vers un centre du sommeil. Vous réaliserez ainsi les examens nécessaires pour détecter d’éventuelles apnées nocturnes et en évaluer le nombre et la durée.

30% des personnes de plus de 65 ans sont atteintes d’apnée du sommeil.
Or, 60 % des personnes ayant eu AVC souffraient auparavant de ce trouble[8].

Notes partie 1

[1] Source : Société française neuro-vasculaire (SFNV), 2018.
[2] Sources : SFNV 2018 et France AVC.
[3] Source : SFNV.
[4] Une étude menée sur 10 ans auprès de 20 649 participants a montré le lien entre faible taux de vitamine C et risque plus élevé d’AVC (Myint PK, Luben RN, Welch AA, Bingham SA, Wareham NJ, Khaw KT, Plasma vitamin C concentrations predict risk of incident stroke over 10 y in 20 649 participants of the European Prospective Investigation into Cancer Norfolk prospective population study, Am J Clin Nutr. 2008 Jan;87(1):64-9).
[5] Méta-analyse de l'Université de Cambridge publiée le 30/10/2012 dans le British Medical Journal : réalisée à partir de 26 études de cohortes prospectives et 12 études contrôlées randomisées totalisant 794 000 participants et 34 817 AVC.
[6] Étude publiée en mai 2020 dans Circulation: Genomic and Precision Medicine, une revue de l’American Heart Association.

Notes partie 2

[7] C’est ce qu’affirme une étude américaine parue en 2019 dans le Headache Medical Journal. Conclusion qui vient clore 20 ans de suivi de plus de 10 000 personnes migraineuses et non migraineuses. Migraine Age of Onset and Association With Ischemic Stroke in Late Life: 20 Years Follow‐Up in ARIC, Headache Medical Journal, 21 janvier 2019.
[8] Méta-analyse réalisée par des chercheurs de l’université d’Essen (Allemagne) à partir de 29 études publiées traitant des liens entre insomnie, apnée du sommeil et AVC chez 2 343 patients ayant subi un accident ischémique transitoire (AIT) ou un AVC hémorragique. Ces résultats ont été publiés dans la revue de l’American Academy of Neurology : Dirk M. Hermann, Claudio L. Bassetti. Role of sleep-disordered breathing and sleep-wake disturbances for stroke and stroke recovery, Neurology, 3/08/2016; 10.1212.

Partagez cet article