Hypertension artérielle : 1 senior sur 2 concerné

Maladie chronique la plus fréquente en France, l’hypertension artérielle (HTA) concerne 16 millions de personnes. La maladie augmente avec l’âge, puisqu’un senior sur deux est concerné. L’HTA constitue un facteur de risque majeur de pathologies cardio-neuro-vasculaires.

1 adulte sur 3 souffre d’HTA, mais la moitié l’ignore

L'hypertension artérielle correspond à une pression trop forte du sang sur la paroi des artères.

30 % des adultes souffriraient d’hypertension artérielle (HTA). Autre inquiétude, une seule personne sur deux a connaissance de son hypertension. Très souvent cette maladie “silencieuse” ne présente aucun symptôme.
Source : Etude Esteban*, avril 2018

Deux seniors sur trois

C’est en général vers 50 ans que l’HTA apparait. L’âge moyen est 62 ans.

Puis la maladie augmente avec le temps. 50 % des plus de 65 ans sont hypertendus. Selon l’Inserm, la pathologie toucherait 90 % des plus de 85 ans.

La raison ?

Le vieillissement est associé à une perte d’élasticité des artères, qui se durcissent.

12 millions de personnes sous traitement

Sur 15 millions d’hypertendus. 12 millions  sont traités.  “Seule une personne traitée sur deux a une pression artérielle normalisée*.

Zéro

Aucune diminution de l’hypertension artérielle n’a été observée en France depuis 2006**”. Concernant l’amélioration du dépistage et la prise en charge de l’HTA, aucune évolution significative n'est à constater.

Les femmes moins touchées, mais moins traitées

Mais la proportion de femmes traitées a diminué de manière importante, toujours selon l’enquête Esteban : chez les 65-74 ans, elle est passée de 72,3 % à 53,2 % entre 2006 et 2015.

14/9 cmHg

Lorsque le médecin prend la tension, il donne deux mesures. La première, la plus élevée, est la valeur systolique (la pression maximale rencontrée lors de la contraction des chambres du cœur, avant que le sang ne soit propulsé vers le reste de l'organisme).

La deuxième, la valeur diastolique, est la pression minimale après la contraction, lorsque le cœur se relâche. On parle d’HTA si la première mesure est supérieure à 14 cmHg et/ la seconde est supérieure à 9 cmHg. 14/9 donc. Ces normes sont théoriques, et peuvent varier selon l’âge et les antécédents du patient.

1er

L’HTA est le premier facteur de risque de l’accident vasculaire cérébral (AVC). Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’hypertension est à l’origine de 62 % des AVC dans le monde. À long terme, l'HTA est un facteur de risque de troubles cardio-neuro-vasculaires, d'insuffisance rénale et de différentes démences.

1 fois

La société française de cardiologie recommande de faire contrôler sa tension par un médecin au moins une fois par an à partir de 40 ans.

 

 

* Santé publique France - L’enquête Esteban a été réalisée entre 2014 et 2016 auprès de 2 169 adultes âgés de 18 à 74 ans, dont la pression artérielle a été mesurée selon un protocole précis lors d’un examen de santé.

Partagez cet article