Jeux, attention aux excès !

Peut-être faites-vous partie de ces seniors adeptes des jeux de société, voire des jeux vidéo et, globalement, c’est une bonne chose ! Pourtant, à l’instar des adolescents pour les jeux en ligne, il existe également une addiction des personnes âgées aux jeux de hasard et d’argent, qu’ils soient pratiqués sur internet, ou ailleurs, comme au casino. Comme toujours, tout est une question de dosage !

Jouer, oui mais pas à n’importe quoi…

Il est vrai que les jeux, comme les échecs, le scrabble ou encore le bridge, sont un bon moyen de stimuler les fonctions cognitives. Ils permettent aussi d’entretenir le lien avec les autres, de se sociabiliser. Plus récemment, de nouveaux jeux ont envahi votre univers. Ils se pratiquent seul sur un ordinateur, une tablette, voire même un téléphone. Certains ont de réelles vertus pour lutter contre les déficits de la mémoire, mais d’autres, notamment des jeux d’argent, sont très discutables.

Pourquoi la personne âgée est-elle plus vulnérable ?

La plupart des personnes âgées qui se mettent à jouer à des jeux de hasard et d’argent, que ce soit en ligne, en achetant des cartes à gratter, ou en se rendant dans un casino, souhaitent rompre une forme d’isolement. Elles sont en effet nombreuses à vivre seules, souvent suite au décès du conjoint qui occupait un rôle de régulateur : elles s’ennuient, leurs journées sont répétitives, sans intérêt. Certaines sont malades, psychologiquement fragiles, dépressives. D’autres, enfin, sont attirées par le gain et espèrent se constituer un complément à leur retraite. 1/3 des personnes âgées entre 65 et 75 ans a déjà joué à un jeu d’argent et 47% sont allées au casino au cours des 12 derniers mois ! Les seniors sont d’ailleurs une cible privilégiée pour ces établissements qui proposent des transports gratuits et une accessibilité accrue à leurs locaux.

1/3 des personnes agées ont déjà joué à un jeu d'argent, 47% sont allées au casino

Le cheminement vers la dépendance

Dans tous les cas, le senior qui se met à jouer connaît d’abord une phase de plaisir ludique durant laquelle il reste maître de ses choix. Dans un deuxième temps, le jeu prend plus d’importance dans son quotidien. Il joue de plus en plus souvent, à n’importe quel moment de la journée, voire de la nuit. Il perd tout intérêt à pratiquer d’autres activités. Il glisse peu à peu vers l’addiction. À un certain moment, son discernement est altéré, le plaisir du jeu a disparu mais il continue à jouer de manière automatique, quasi hypnotique. Quand il s’agit d’un jeu d’argent, la motivation principale est de récupérer ce qu’il a perdu, que ce soit en ligne ou au casino !

Une addiction dangereuse pour la santé

Comme dans toute addiction, celle du jeu entraîne des complications sociales et peut générer d’importants problèmes de santé. Le lien social se délite et la personne âgée s’isole encore plus. Le stress et l'anxiété favorisent également d’autres abus, notamment d’alcool. Enfin, les conséquences peuvent être lourdes au plan financier, conduisant même certains à contracter des dettes…

Débusquer les premiers signes d’addiction

En dehors de la personne qui manifeste elle-même sa dépendance, certains signes permettent à l’entourage de déceler l’existence d’un problème de jeu excessif. L’addiction conduit en effet le senior à délaisser ses activités habituelles, à passer beaucoup de temps sur internet (lorsqu’il s’agit de jeux en ligne) mais, aussi, à parler constamment de gains (sans mentionner les pertes). Le joueur compulsif va aussi manifester plus d’agressivité, de nervosité, de stress. Enfin, il convient de s’inquiéter s’il sollicite une aide en raison de difficultés à payer ses factures.

Comment venir en aide à un senior addictif ?

La famille et les amis, quand il y en a, ont un rôle essentiel à jouer pour « resociabiliser » la personne âgée dépendante aux jeux et la motiver à pratiquer de nouveau des activités qu’elles appréciaient par le passé. Parfois, une aide médico-psycho-sociale s’avère nécessaire pour traiter le problème à la source avec un traitement médical de l’anxiété, ou de la dépression, ou en entamant une psychothérapie. Enfin, il existe des associations comme « SOS joueurs » qui peuvent être d’une grande aide.

Source : INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé)

Cet article en synthèse

  • En raison de leur vulnérabilité, les personnes âgées peuvent facilement développer une addiction aux jeux, notamment de hasard et d’argent.
  • Cette dépendance concerne aussi bien les jeux en ligne que les jeux de grattage, les machines à sous, etc.
  • L’addiction aux jeux entraîne des troubles pouvant nuire au comportement et à la santé.
  • En plus du soutien familial, une aide médico-psycho-sociale peut s’avérer utile.

Partagez cet article