L’apathie, à ne pas confondre avec la dépression

Souvent confondue avec la dépression, l’apathie est un syndrome qui s’accompagne d’un dysfonctionnement de l’activité du cortex frontal dans le cerveau.

Quelles sont les causes de l’apathie ?

L’apathie peut être la conséquence d’un traumatisme, de troubles psychologiques, et de lésions neurologiques ou cérébrales.
Même si elle est associée à des maladies très diverses, celle-ci est souvent liée à la maladie d’Alzheimer.

Lorsque les symptômes se présentent, ils peuvent se traduire par une absence d’activités sociales, de curiosité, de sensibilité envers son entourage, de non réponse aux sollicitations de ses proches et de forte démotivation dans la prise d’initiative.

Face à l’isolement, votre proche peut devenir paradoxalement plus dépendant envers vous dans l’organisation de sa vie au quotidien.

L’apathie en quelques chiffres

En moyenne, 60 % des patients atteints de la maladie d’Alzheimer sont apathiques. Les études ont montré que l’apathie était liée au vieillissement, mais aussi à la baisse d’activités au quotidien.

Elle concerne entre 20 % et 30 % des adultes ayant subi un accident vasculaire cérébral. 50 % des patients atteints de dépression sont apathiques, mais il est possible de présenter un comportement apathique sans souffrir de dépression.

Comment la traiter ?

En effectuant un examen médical au préalable chez un spécialiste tel qu’un neurologue ou un psychiatre. Les médicaments généralement prescrits sont ceux qui stimulent l'activité neurobiologique de la dopamine et de l'acétylcholine.
Pour une prise en charge optimale de votre proche, il ne faut pas omettre la dimension psychologique, ainsi qu’une éventuelle thérapie comportementale.

Il est important de bien diagnostiquer l’apathie avant de la traiter : le syndrome étant trop souvent confondu avec la dépression, la Haute autorité de la santé (HAS) signale qu’il ne vaut mieux pas la traiter avec des antidépresseurs, sachant qu’aucun psychotrope n’a montré de réelle efficacité sur les personnes atteintes.

Cet article en synthèse

  • L’apathie se définit par une forte démotivation au quotidien et une baisse, voire une absence d’activités sociales.
  • L’apathie est étroitement liée au vieillissement : 60 % des patients atteints de la maladie d’Alzheimer sont apathiques en moyenne.
  • L’apathie ne doit pas être confondue avec la dépression, la prise en charge médicale et psychologique étant différente.

Partagez cet article