Le design social au service des personnes dépendantes

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) soutient 16 projets innovants de design social destinés à améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap ou de perte d’autonomie.

En 2019, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) rapproche les acteurs du secteur médico-social et les designers. Objectif ? Faire émerger des solutions innovantes pour améliorer la qualité de vie des personnes en perte d’autonomie ou handicapées. Pour y parvenir, la CNSA finance 16 projets de design social* pour un montant de 1,3 million d’euros. Baptisé « Handicap et perte d’autonomie : innovation sociale par le design », ce programme consiste à « repenser l’organisation des établissements médico-sociaux, leur inclusion dans la cité, améliorer la communication entre usagers, professionnels et familles, permettre l’inclusion des personnes par le biais de nouveaux modes d’accompagnement ou de nouveaux objets, fluidifier les parcours usagers », explique la CNSA sur son site Internet.

Réinsérer les patients dans la ville

Parmi les 16 lauréats figure le projet « Le patient, l’hôpital et son quartier : construire la résilience des personnes en souffrance psychique » porté par le GHU Paris psychiatrie & neurosciences. Pendant un an sur le site d’hospitalisation d’Avron (Paris 12), une équipe pluridisciplinaire mobilisant les ressources du design, de l’aménagement paysager et de la programmation culturelle et pilotée par deux designers, travaille en résidence avec les patients, les soignants et les acteurs associatifs du quartier.

Ensemble, ils multiplient les expérimentations, in situ, pour créer un nouvel environnement de soins, plus ouvert sur la ville et propice à l’insertion des patients dans la Cité (y compris pendant le temps d’hospitalisation). Par exemple, le patio d’accueil des unités psychiatriques est repensé pour créer un lieu de transition entre la zone de soins et la ville.

16 projets innovants et variés

Le projet parisien mise aussi sur le développement d’activités culturelles ou en lien avec le jardinage, l’alimentation. Des partenariats avec des structures associatives du quartier d’Avron sont ainsi prévus pour initier une programmation culturelle au sein de l’établissement. « Ces initiatives participent concrètement à la lutte contre la stigmatisation des patients. Dans la marche vers le rétablissement, la reconquête d’une vie sociale joue en effet un rôle majeur », souligne le GHU Paris psychiatrie et neurosciences.

Parmi les autres projets retenus par la CNSA : la réhabilitation de deux friches hospitalières en établissements ou résidences pour personnes en perte d’autonomie.
Ou encore la démarche pilotée par le Conseil départemental de Haute-Garonne qui consiste à co-construire un dispositif innovant de rencontre et d’échange pour des personnes jeunes grâce à des activités de loisirs, culturelles ou sportives. Un autre projet de design universel consiste à éditer un guide de bonnes pratiques pour produire des objets du quotidien accessibles à tous (APF développement Auvergne Rhône-Alpes).

En savoir plus sur les projets sélectionnés.

* Le design social consiste à élaborer collectivement une organisation, un environnement de soins, un service, un produit ou encore une application numérique ayant vocation à répondre à des besoins sociaux.

Cet article en synthèse

  • Le design social consiste à élaborer, collectivement, une organisation, un environnement de soins, un service, un produit ayant vocation à répondre à des besoins sociaux.
  • La CNSA finance 16 projets innovants de design social destinés à améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap ou de perte d’autonomie.
  • Les enjeux principaux ? Repenser l’organisation des établissements médico-sociaux et leur inclusion dans la cité, améliorer la communication entre usagers, professionnels et familles.

Partagez cet article