L'épilepsie, des liens étroits avec la maladie d'Alzheimer

Deuxième pathologie neurologique en France après la maladie d’Alzheimer, l’épilepsie est plus fréquente chez les enfants et les seniors. Sur environ 500 000 cas recensés, 100 000 sont des personnes âgées dont la dépendance est accrue du fait de la maladie. Les deux pathologies sont d’ailleurs liées puisque les malades Alzheimer ont 2 à 6 fois plus de risques de faire des crises d’épilepsie.

Un véritable "court-circuit" entre les neurones

La crise d'épilepsie se caractérise par des décharges brusques et excessives d’influx nerveux dans le cerveau, véritables « éclairs » parcourant de nombreux neurones.
Selon qu’elle est partielle, ou généralisée, la crise va se manifester de différentes manières. La plus connue, et spectaculaire, est la perte de connaissance accompagnée de secousses rythmiques de tout le corps. Elle peut aussi se révéler, plus simplement, sous forme « d’absences » durant lesquelles la personne semble coupée du monde pendant quelques secondes avec, éventuellement, quelques contractions musculaires involontaires, localisées.
Parmi les symptômes, les hallucinations sensorielles, auditives et/ou visuelles sont également fréquentes.

Différentes causes à l’origine de l’épilepsie

On distingue trois types d’épilepsies en fonction de leur origine : les épilepsies symptomatiques sont dues à une lésion cérébrale : malformation congénitale, encéphalite, séquelles d’une souffrance à la naissance, traumatisme crânien, accident vasculaire cérébral, tumeur, maladies neurologiques évolutives, anomalies des chromosomes, malformations cérébrales…
Les épilepsies idiopathiques qui présentent un caractère génétique plus ou moins démontrable et concernent des sujets le plus souvent sans lésion cérébrale et, enfin, les épilepsies cryptogéniques pour lesquelles une cause est suspectée, mais ne peut être prouvée par les moyens actuels de diagnostic.

Dans tous les cas, la fréquence de la maladie suit une courbe en U, avec des pourcentages importants d’épilepsies qui débutent dans l’enfance, une moindre fréquence à l’âge adulte et une recrudescence importante chez les plus de 60 ans et qui s’accentue encore après 80 ans.

Un lien établi avec la maladie d’Alzheimer

Dans les épilepsies symptomatiques, le lien avec les maladies neurologiques évolutives ne fait aucun doute, même s’il est encore mal compris. En ce qui concerne la maladie d’Alzheimer, les lésions provoquées par la maladie modifieraient l’activité électrique des neurones, les rendant « hyperexcitables ».
Cette hyperexcitabilité agirait dans les deux sens : elle contribuerait, d’une part, aux symptômes de la maladie d’Alzheimer et, d’autre part, elle favoriserait la survenue de crises d’épilepsie.
Enfin, il faut noter que la probabilité de faire des crises d’épilepsie serait encore plus forte lorsque la maladie d’Alzheimer a débuté tôt (forme précoce).

Une maladie invalidante

En raison de ses symptômes, l'épilepsie est une maladie qui a des conséquences négatives sur la qualité de vie des patients. Lors des crises, le risque d’accident induit est important : chute, électrocution, noyade... Enfin, lorsqu’elles sont longues ou très rapprochées, les crises d'épilepsies peuvent provoquer des lésions neurologiques irrémédiables et mettre en jeu le pronostic vital.

Sources : Fondation française pour la recherche sur l’épilepsie / Article de mars 2016 d’Olivier de Ladoucette, psychiatre et gérontologue.

Cet article en synthèse

  • L’épilepsie est caractérisée par la survenue de crises qui traduisent un dérèglement de l’activité électrique du cerveau.
  • Elle touche particulièrement les personnes âgées de plus de 60 ans.
  • C’est une maladie plurifactorielle en lien avec certaines pathologies neurologiques, dont la maladie d’Alzheimer.
  • Les malades Alzheimer ont 2 à 6 fois plus de risques de faire des crises d’épilepsie.

Partagez cet article