L’intervention des opticiens en Ehpad

Lire, jouer aux cartes, coudre, participer à des ateliers… sont des passe-temps essentiels lorsque l’on est en Ehpad. Pour autant, faut-il encore disposer d’une bonne vue pour s’y adonner ! C’est ce que devrait permettre la proposition de loi (PPL) visant à améliorer la santé visuelle des personnes âgées en perte d’autonomie. Elle a été votée le 23 janvier dernier.

Une intervention à titre expérimentale

Désormais, les directeurs des Agences régionales de santé (ARS) vont pouvoir autoriser des opticiens à procéder à des examens de réfraction de l’œil au sein des Ehpad. Ils permettront le renouvellement d’équipement (verres correcteurs et lentilles de contact oculaires) dans le cadre d’une prescription initiale en cours de validité. Notons toutefois qu’il s’agit d’une mesure expérimentale pour une durée de 3 ans, et que les 4 régions qui participeront à cette expérimentation seront déterminées prochainement via un arrêté ministériel. Un rapport d’évaluation sera transmis au Parlement 4 mois avant la fin de l’expérimentation.

Une avancée, oui mais…

Si cette loi représente un atout certain pour les nombreuses personnes âgées qui se trouvent en établissement, la plupart ayant des difficultés à se déplacer, elle ne résout pas pour autant les problèmes de vue des résidents ne disposant pas d’une ordonnance de moins de 3 ans. Celle-ci reste nécessaire à la délivrance d’un équipement optique. Sans ordonnance valide, l’intéressé devra, en effet, consulter un ophtalmologiste afin de renouveler sa prescription médicale.

Des solutions envisagées pour l’avenir

Dans ce contexte, la Fédération Nationale des Opticiens de France (Fnof) souhaite un renforcement de l'aspect paramédical de leur métier dont certaines tâches pourraient leur être déléguées par les ophtalmologistes. Cela permettrait aussi à l’opticien de jouer un rôle préventif plus important. Des réflexions sont en cours, notamment au travers de la formation.

Cet article en synthèse

  • Une proposition de loi a été votée en janvier dernier autorisant, à titre expérimental, les opticiens à réaliser des examens de réfraction au sein des Ehpad.
  • Le renouvellement des verres correcteurs et lentilles de contact oculaires est conditionné à une prescription médicale en cours de validité.

Partagez cet article