Peut-on expliquer la maladie de Horton (ou artérite giganto-cellulaire) ?

La maladie de Horton est une maladie inflammatoire de la paroi des artères. Cette pathologie touche particulièrement les femmes après 50 ans et se caractérise le plus souvent par des maux de tête, mais aussi une perte de poids et/ou des difficultés à mastiquer. Si vous observez ces symptômes, consultez rapidement votre médecin. Des complications sont possibles, telles que la cécité ou l'AVC, et il est essentiel de mettre en place un traitement pour les éviter.

Qu’est-ce que la maladie de Horton ?

La maladie de Horton est une artérite inflammatoire, c’est-à-dire une inflammation de la paroi des artères (vaisseaux qui conduisent le sang du cœur vers les organes), survenant la plupart du temps chez les personnes âgées. Elle atteint particulièrement les artères temporales, situées sur chaque tempe au niveau de la racine des cheveux. C’est pourquoi la maladie de Horton est aussi appelée artérite temporale ou encore artérite à cellules géantes, même si d’autres artères peuvent être touchées.

Quelles sont les causes ?

La cause exacte de l’artérite temporale est inconnue. Il s’agit très probablement d’une maladie liée à des mécanismes auto-immuns, c’est-à-dire à un dérèglement du système de défense de l’organisme. Certains facteurs environnementaux, infectieux et génétiques peuvent être aussi en cause. La maladie serait provoquée par l’association d’une prédisposition génétique (certaines personnes ont des gènes qui les rendent plus vulnérables et donc plus à même de contracter la maladie), et d’un facteur déclenchant encore inconnu. Il faut savoir que la maladie de Horton n’est pas contagieuse.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes principaux de la maladie incluent :

  • des maux de tête au niveau d’une ou des deux tempes. La céphalée est le signe le plus important : la douleur est temporale, souvent violente, comme une brûlure ;
  • une perte de poids due à un manque d’appétit, parfois accompagnée d’une fièvre et d’une fatigue (dans 50 % des cas) ;
  • des douleurs et des difficultés à mâcher (claudication des mâchoires) ;
  • un cuir chevelu sensible au moment du brossage des cheveux ;
  • des douleurs musculaires avec des muscles parfois rigides ;
  • un risque important de troubles visuels, la perte totale de la vision constituant le risque majeur de la maladie. La cécité peut survenir - dans 10 % des cas environ - si un traitement n’est pas mis en place rapidement. Assez rarement, la perte de la vision d’un œil ou des deux est le premier symptôme de la maladie de Horton. Les lésions sont alors souvent irréversibles.

Parfois aussi, d'autres symptômes alertent :

  • si vous voyez double ;
  • si vous ne pouvez plus bouger vos yeux ;
  • si vous ne pouvez pas complètement relever votre paupière supérieure.

Quels sont les facteurs de risque ?

En général, les personnes touchées par la maladie sont âgées de plus de 50 ans, avec un pic de fréquence vers 75-80 ans. De rares cas de personnes ont développé la maladie vers 40 ans. Par ailleurs, la maladie de Horton touche spécifiquement les populations d’origine européenne. Les Scandinaves sont presque deux fois plus touchés que les autres, alors que les personnes d’origine africaine le sont rarement.
Cependant, la maladie de Horton ne peut pas être dépistée avant qu’elle ne se déclare.

Comment évolue la maladie ?

Les complications oculaires peuvent apparaître brutalement, à tout moment de la maladie et sont irréversibles. La plus grave est la thrombose de l'artère centrale de la rétine. Le risque est la cécité. Toutes les autres artères peuvent être touchées : la première portion de l'aorte, les vaisseaux irriguant le cerveau, les vaisseaux des membres inférieurs ou supérieurs, les vaisseaux coronaires.

Existe-t-il un traitement pour la maladie de Horton ?

La corticothérapie est indispensable pour prévenir la thrombose des artères de la rétine et préserver la vision. Elle améliore beaucoup l'état du malade. Même si les symptômes régressent très vite après le début du traitement, la corticothérapie doit être maintenue pendant au moins 18 mois, parfois plusieurs années. Le traitement initial correspond à des doses élevées de corticostéroïdes. Il dure quelques semaines, jusqu’à ce que les analyses de laboratoire reviennent à la normale. Ensuite, les doses sont progressivement diminuées.

À l’heure actuelle, il n’existe aucune prévention possible de cette pathologie. La maladie de Horton est potentiellement grave. Cependant, lorsqu’elle est diagnostiquée à temps et qu’il n’y a pas de perte de vision, elle a généralement peu de retentissement sur la vie quotidienne des malades. De mieux en mieux connue par le corps médical, c’est une affection qui se traite bien.

Sources :
Encyclopédie Orphanet

Cet article en synthèse

  • La maladie de Horton est une artérite inflammatoire, c’est-à-dire une inflammation de la paroi des artères, survenant la plupart du temps chez les personnes âgées.
  • Nous ne connaissons pas la cause exacte de l’artérite temporale. La maladie est sans doute provoquée par l’association d’une prédisposition génétique et d’un facteur déclenchant encore inconnu.
  • Le seul traitement efficace est une corticothérapie, indispensable pour prévenir la thrombose des artères de la rétine et préserver la vision.

Partagez cet article