Pourquoi sommes-nous hypertendus ?

Environ 12 millions de personnes sont traitées pour une hypertension artérielle. Sans oublier 3 à 4 millions supplémentaires qui ignorent qu’ils en souffrent. Soit un adulte sur trois (et un senior sur deux). Quelles sont les causes de la maladie chronique la plus fréquente en France ? Réponses.

L’hypertension artérielle (HTA) est une augmentation trop importante de la pression du sang contre les parois des artères. Cette élévation perdure même au repos. Une tension continue supérieure à 14/9 cm/hg est signe d’hypertension artérielle. Une pathologie chronique à l’origine de 2 AVC sur 3.

Des causes méconnues, des facteurs de risques aggravants

Neuf fois sur dix, l’HTA est dite “essentielle”. Aucune cause précise n’explique son apparition, mais elle est favorisée par des facteurs de risques aggravants. Plus ils sont nombreux, plus le risque d’hypertension est élevé.

- L’âge : le risque d’HTA augmente avec le vieillissement naturel des artères qui se durcissent avec le temps. L’âge moyen de survenue de la maladie est de 62 ans.
Une personne de plus de 65 ans sur deux est hypertendue. Selon l’Inserm, la pathologie toucherait 90 % des plus de 85 ans. Il existe chez les seniors une forme d'hypertension artérielle particulière : l'hypertension systolique pure qui ne concerne que le premier chiffre tensionnel. Elle fait courir un risque principalement au cerveau.

- L’hérédité : avoir des parents hypertendus accroît le risque de développer de l’hypertension artérielle.

- L’origine ethnique : les Antillais et les personnes originaires du sud de l’Asie sont plus susceptibles de développer une hypertension artérielle.

- Le sel : le sel favorise l’hypertension artérielle. Or, nous consommons trop de sel :
entre 9 et 12 grammes par jour. Soit deux fois plus que les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Outre la petite pincée de sel ajoutée à son plat (parfois sans même l’avoir gouté !), le sel se cache dans de nombreux aliments transformés (charcuterie, fromages, pain, conserves, surgelés, biscuits, céréales du petit déjeuner…).

- Le surpoids, l’obésité : l’HTA est souvent induite par un excès de poids. On estime que 40 % des personnes obèses ont une hypertension artérielle.

- La sédentarité : le manque d’activité physique régulière (marche, vélo, jardinage, etc.) est un facteur de risque d’HTA.

- L’alimentation : les habitudes alimentaires jouent un rôle important dans les variations de la tension artérielle. Une alimentation trop grasse est l’ennemie des artères. Au contraire, une alimentation saine et équilibrée, riche en fruits et légumes, limite les risques de surpoids et d’obésité, de cholestérol et de diabète, autant de facteurs qui accroissent la pression artérielle.

- L’alcool et le tabac : la nicotine rétrécit le diamètre des vaisseaux, provoquant rapidement une élévation de la pression artérielle. Chez les fumeurs, la cigarette augmente pendant 20 à 40 minutes la pression artérielle.

- Plus insolite, une consommation excessive de réglisse favorise l’HTA. Pourquoi ? La réglisse renferme de la glycyrrhizine, une substance qui favorise la rétention de sodium et d’eau, ce qui fait monter la pression artérielle.

Contrairement aux idées reçues, l'état de stress ne favorise pas l'hypertension. S’il augmente la pression artérielle durant un certain temps, le stress ne donne pas l'hypertension artérielle permanente.

Quand l’HTA est la conséquence d’une autre maladie

Dans 10 % des cas, l’hypertension artérielle est dite “secondaire”. Elle est la conséquence d’une autre maladie (affection neurovasculaire, hormonale, rénale ou de la thyroïde) ou plus rarement de traitements médicamenteux (antidépresseurs, anorexigènes, corticoïdes, pilule œstroprogestative, anti-inflammatoire de synthèse, etc.).

Enfin selon l’Inserm, “l’HTA peut également, dans de rares cas, être la conséquence d’une mutation génétique unique familiale ayant des conséquences sur la fonction du rein, de la surrénale ou des vaisseaux”.

Cet article en synthèse

  • L’hypertension artérielle est la maladie chronique la plus fréquente en France, avec près de 16 millions de personnes concernées.
  • 9 fois sur 10, les causes de l’HTA ne sont pas connues. Des facteurs de risques favorisent en revanche son apparition : l’âge, l’hérédité, le sel, le surpoids, la sédentarité, etc.

Partagez cet article