La DMLA exsudative ou humide

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de malvoyance chez les personnes âgées. Sa forme exsudative (dite humide) est plus rare que sa forme sèche, mais progresse plus rapidement. Des progrès importants dans le traitement de la DMLA humide ont été réalisés ces dernières années. Ils donnent un espoir aux patients de préserver leur vision.

Une maladie oculaire dégénérative liée à l'âge

Cette forme de DMLA se caractérise par le développement de nouveaux vaisseaux sanguins (appelés néo-vaisseaux) dans la macula. Ces vaisseaux anormaux, trop vite formés, sont plus fragiles et laissent diffuser du sérum, ou du sang, qui s’accumule au sein de la rétine. Ce phénomène entraîne des troubles de la vision : déformation des lignes droites et apparition d'une tache sombre centrale. L’âge, le tabac, l’alimentation et les antécédents familiaux sont les principaux facteurs de risques.

La forme humide ou néo-vasculaire représente 15% des patients atteints de DMLA. Son évolution rapide peut parfois conduire à une perte de la vision centrale.

Quels sont les principaux traitement de la DMLA humide ?

Le principal traitement consiste à réaliser des injections intraoculaires d’anti-angiogéniques sur le corps vitré. Le médicament agit en bloquant la molécule à l'origine du développement et de la progression des membranes néo-vasculaires : le facteur de croissance de l'endothélium vasculaire (VEGF). Ce traitement parvient à stopper la maladie dans trois cas sur quatre et à l'améliorer dans un cas sur trois.

Pour les cas résistants, des traitements alternatifs sont appliqués comme :

  • la photocoagulation au laser, directe ou sur les vaisseaux nourriciers,
  • la thérapie photodynamique,
  • la microchirurgie vitréo-rétinienne maculaire.

Cet article en synthèse

  • La DMLA est la première cause de handicap visuel chez les personnes âgées.
  • Le traitement principal consiste à injecter des médicaments anti-angiogéniques à l’intérieur de l’œil.
  • Il existe d’autres traitements alternatifs pour les cas résistants.

Partagez cet article