Les affections de longue durée (ALD) en hausse

Selon les derniers chiffres de l’Assurance maladie(1), près de 11 millions de Français souffrent désormais d’une affection longue durée (ALD). Un chiffre en augmentation qui s’explique à la fois par la croissance et le vieillissement de la population et par les évolutions des modes de vie (changements de l’alimentation, sédentarité…).

10,7 millions de personnes

affiliées au régime général de l'Assurance maladie(1) ont bénéficié du dispositif des affections de longue durée (ALD), soit 17 % des assurés atteints de diabète, d’insuffisance cardiaque, de maladie d’Alzheimer, de tumeurs malignes, d’AVC invalidant…
Le dispositif des ALD permet aux personnes ayant une pathologie grave de bénéficier d’une prise en charge des soins, souvent onéreuses.

300 000, c'est le nombre de personnes

touchées par une ALD entre 2016 et 2017.
En 2008, 8,3 millions de personnes étaient concernées.

3, c’est le nombre de listes qui existent pour définir une ALD

• ALD 30, soit 10,35 millions de patients. Les affections sont prises en charge à 100 % :
AVC, diabète de type 1 ou 2, maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer et autres démences, mucoviscidose, sclérose en plaques, paraplégie, hypertension artérielle ...
L’âge moyen de ces patients est de 63 ans et 51 % sont des femmes.
• ALD 31, soit 769 560 patients. Ici, les affections sont “ hors liste”, mais peuvent bénéficier d’une prise en charge à 100 % :
maladie de Paget, les ulcères chroniques ou récidivants avec retentissement fonctionnel sévère.
L’âge moyen de ces patients est de 55 ans et 60 % sont des femmes.

• ALD 32, soit 83 790 personnes. Il s’agit d'affections entraînant un état pathologique invalidant, nécessitant des soins continus d'une durée prévisible supérieure à six mois. Les personnes âgées dont le vieillissement entraîne souvent l’apparition de plusieurs maladies sont particulièrement touchées par les affections de cette liste. L’âge moyen de ces patients est de 81 ans et 76 % sont des femmes.

63 ans,
c’est la moyenne d’âge des personnes souffrant d’une ALD 30, 31 ou 32. Parmi elles, 52 % sont des femmes.

Le diabète de type 1 et de type 2 (25 % du total), les tumeurs malignes (20 %) et les affections psychiatriques de longue durée (13 %) font partie des ALD les plus fréquentes.

Bon à savoir

On distingue les ALD exonérantes (affections dont la gravité et/ou le caractère chronique nécessitent un traitement prolongé d’une durée prévisible supérieure à 6 mois et un traitement coûteux, et pour lesquelles le ticket modérateur est supprimé) et les ALD non exonérantes, définies par l'article L. 324-1 du Code de la Sécurité sociale (affections qui nécessitent une interruption de travail ou des soins continus d'une durée prévisible égale ou supérieure à six mois mais qui n'ouvrent pas droit à l'exonération du ticket modérateur).

(1) Chiffres 2017

Partagez cet article