Les somnifères en toute sécurité

Vous souffrez d’insomnies et vous aimeriez prendre des somnifères pour faciliter votre sommeil ? S’ils peuvent en effet vous apporter une aide, vous ne devez jamais les prendre à la légère. Voici nos conseils pour bien utiliser les hypnotiques, appelés aussi couramment somnifères.

Les somnifères aident à s’endormir et peuvent également contribuer au maintien du sommeil. Comme pour l’ensemble des médicaments, il est essentiel de respecter la posologie et les conditions de prise préconisées par son médecin : le traitement est mis en place progressivement pour identifier la dose efficace minimale et éviter ainsi l’apparition d’effets indésirables, ainsi que les risques d’accoutumance.

Bien utiliser les somnifères

  • Prenez toujours votre somnifère juste avant le coucher. Les hypnotiques agissent environ vingt minutes après la prise et il est important d’être couché à ce moment-là pour ne pas risquer de tomber.
  • Signalez la prise d’hypnotiques à votre pharmacien, ou à tout nouveau médecin consulté : il existe en effet des risques d’interactions entre les hypnotiques et certains autres médicaments.
  • Ne prenez pas un traitement somnifère au-delà d’un mois sauf avis médical : au bout de vingt jours, le pourcentage de sommeil réparateur (celui qui repose vraiment) diminue, et les risques d’accoutumance et de dépendance augmentent.

Les effets indésirables des somnifères

Comme toute substance active, les somnifères ont des effets indésirables que vous devez connaître avant de suivre un traitement :

  • La dépendance et l’accoutumance : c’est le principal effet indésirable observé. Si par exemple vous n’avez pas votre médicament, vous aurez beaucoup de mal à vous endormir le soir : vous êtes alors psychologiquement dépendant. Cependant, le manque de sommeil peut avoir des conséquences plus néfastes que la prise d’un somnifère, et la dépendance ne s’installe pas si le traitement est correctement suivi. Si votre médecin juge que les somnifères sont nécessaires, vous ne devez pas en avoir peur. Il réévaluera leur prescription après deux ou trois semaines de traitement.
  • Des troubles de la mémoire peuvent apparaître, mais ils disparaissent toujours à l’arrêt du traitement.
  • Les chutes de tension (pression artérielle), les troubles de l’équilibre et les épisodes de désorientation surviennent surtout chez les personnes âgées. Ne vous automédiquez jamais et demandez toujours l’avis de votre médecin.

La bonne conduite à adopter

Pendant le traitement, il est fortement recommandé de :

  • Ne pas boire d’alcool car il peut amplifier la somnolence ou au contraire provoquer une insomnie. De plus, l’absorption (même modérée) d’alcool peut entraîner une ivresse rapide et favoriser des troubles du comportement.
  • Ne pas associer un somnifère à un autre produit du même type ou à un tranquillisant. Les risques de baisse de la vigilance et de dépendance se cumulent.
  • Ne pas conduire, surtout en début de traitement : un médicament pris le soir continue à agir le lendemain et peut entraîner une baisse des réflexes, dangereuse pour la conduite automobile, mais aussi pour l’utilisation de certains outils. Depuis 1999, les emballages des médicaments susceptibles de gêner la conduite automobile comportent un pictogramme pour vous avertir du risque encouru.
  • Ne pas modifier vous-même l’horaire de prise, le dosage ou la durée du traitement. Seule exception : ne prenez pas votre traitement le soir si vous devez vous lever dans la nuit, pour partir en vacances par exemple.
  • Ne pas vous lever brusquement pendant la nuit : vous risquez de tomber.
  • Ne pas laisser vos médicaments à la portée des enfants.

Un arrêt progressif

Un traitement somnifère doit être diminué graduellement afin d’éviter la réapparition des troubles du sommeil. L’arrêt du traitement est proposé par le médecin et se fait en général par paliers. Vous devez avoir envie d’arrêter et être dans de bonnes conditions, être moins stressé ou anxieux.

Certains signes pourront apparaître : nervosité, difficultés à s’endormir, tremblements, problèmes de concentration ou fatigue. Ces désagréments disparaissent en général en quelques jours.

Cet article en synthèse

  • Les somnifères, ou hypnotiques, peuvent vous apporter une aide si vous souffrez d’insomnie. Pour améliorer l’efficacité du traitement, il est important de suivre les consignes  préconisées par votre médecin.
  • Dépendance, troubles de la mémoire, chutes de tension, troubles de l’équilibre font partie des effets indésirables des somnifères.
  • Un traitement somnifère ne doit pas être pris plus d’un mois et doit être diminué graduellement afin d’éviter la réapparition des troubles du sommeil.

Partagez cet article