Les unités de vie protégée Alzheimer

Vous avez un proche âgé atteint de la maladie d'Alzheimer et il n’est plus possible de le garder à domicile ? L’unité de vie protégée Alzheimer intégrée dans la plupart des maisons de retraite est la solution la plus appropriée !

Un lieu spécifique pour des pathologies particulières

Les unités de vie protégées en maison de retraite pour les malades d'Alzheimer sont des lieux d'accueil spécialisés pour recevoir les personnes âgées souffrant de désorientation, sujettes à des angoisses et montrant majoritairement des troubles du comportement.

Il s'agit de petites unités séparées, mais intégrées à un ensemble d'hébergement plus vaste. Elles proposent un projet de vie en adéquation avec la problématique spécifique des personnes âgées atteintes d’Alzheimer : sélection des résidents, projet de soins, adaptation de l'ergonomie des lieux, qualification du personnel, implication des familles… Elles disposent généralement de plus de personnel, et d’une attention 24h/24.

Un projet de soins spécifiques

Pour optimiser la qualité de vie des patients et de leur entourage le projet de soins tient compte des habitudes de vie du patient. Au travers de nombreuses activités collectives, il est encouragé à ne pas s’isoler dans sa chambre.
Le projet de soin vise essentiellement :

  • à mettre en œuvre un programme d'animation thérapeutique contribuant à diminuer les troubles du comportement et du sommeil, mais aussi l'anxiété, l'agitation, et l'apathie, caractéristiques des démences ;
  • à dépister d'éventuels troubles secondaires, le malade ayant souvent des difficultés à exprimer son ressenti : perte de poids, troubles de la marche, troubles psychiatriques, autres pathologies liées à l'âge.

Un espace de vie adapté

L’architecture, composée de plusieurs lieux de vie : salons, salle à manger, espace de repos, a une double vocation : assurer la sécurité du patient, éviter les fugues et les accidents, mais aussi garantir un maximum de confort au malade, à sa famille et au personnel soignant. Les teintes sont soigneusement choisies afin d’apaiser les patients et de faciliter leur orientation, la luminosité et l’éclairage bien dosés pour être suffisants sans être agressifs, l'acoustique appropriée pour assurer la sérénité du lieu. Celui-ci intègre de plus en plus souvent un parcours de déambulation, ainsi qu’un jardin thérapeutique sécurisé.

Un personnel particulièrement qualifié

Le personnel, auxiliaires de vie, infirmiers et animateurs de ces unités, est formé pour anticiper et désamorcer toutes les situations pouvant rendre le patient agressif et pour gérer ses réactions violentes, induites par ses troubles du comportement.

Outre cette formation spécifique, la disponibilité et la patience sont des qualités exigées pour une prise en charge optimale, sereine et en douceur du patient.

L’indispensable implication des familles

Les responsables d’unités spécialisées Alzheimer insistent sur l’importance de l’information donnée aux familles sur l'évolution de la maladie de leur parent. Ils comptent aussi sur leur implication dans le processus d’accompagnement de leur proche, notamment au travers des visites et de leur participation à la vie de la résidence. Elles sont indispensables à l'amélioration du bien-être du résident.

Cet article en synthèse

  • La majorité des maisons de retraites médicalisées dispose d’une unité protégée Alzheimer, un espace dédié et délimité.
  • L’objectif des unités protégées Alzheimer est d’offrir un accompagnement spécifique au résident pour réduire les troubles du comportement et améliorer la qualité de sa vie en établissement.
  • La spécificité des unités protégées Alzheimer repose sur un projet de soin spécifique, une architecture étudiée, un personnel qualifié et la participation active des familles.

Partagez cet article