L’optimisme, le secret pour vivre longtemps ?

Vous voyez toujours la vie du bon côté ? Vous avez foi en l’avenir ? Sourire fait partie de votre quotidien ? Surtout ne changez rien ! Selon une étude récente de l’université de Boston(1), les personnes optimistes seraient susceptibles de vivre plus longtemps ! Aurions-nous trouvé les clés de la longévité ?

"Alors que la recherche a identifié de nombreux facteurs de risques pour les maladies et les décès prématurés, nous savons relativement peu de choses sur les facteurs psychosociaux qui peuvent favoriser un vieillissement en bonne santé", explique l’un des auteurs de l’étude publiée en août 2019 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Afin de mener cette analyse, l’équipe de recherche de l’université de Boston a rassemblé des informations portant sur plus de 70 000 patients (en majorité des femmes) issus de deux bases de données distinctes. L’une couvre une période de 10 ans, la seconde de 30 ans.

Pour vivre vieux, vivons heureux

Au sein des deux populations, des questions ont été posées aux participants afin de connaître leur mode de vie global (état de santé, alimentation, tabagisme, consommation d'alcool...) mais aussi d’évaluer leur optimisme. Un "attribut psychologique" défini comme "l’attente générale que de bonnes choses vont se passer ou la conviction que l’avenir sera favorable".

Les chercheurs ont analysé les décès ayant eu lieu durant ces périodes d’étude. Ils ont ainsi constaté que les personnes les plus optimistes vivaient plus longtemps. En moyenne, elles gagnaient entre 11 et 15% d’espérance de vie en comparaison des personnes les moins optimistes. Plus on est optimiste, plus on a de chance de dépasser les 85 ans, âge à partir duquel la longévité est considérée comme exceptionnelle. Selon l’étude, la probabilité est entre 50 et 70% supérieure à celle des personnes les moins optimistes.

être optimiste prolonge l’espérance de vie

Des résultats à nuancer

Si l’examen de ces données permet de mettre en évidence cette corrélation inédite, il convient toutefois de rester prudent quant à l’affirmation du lien de cause à effet.

Les mécanismes qui rendent ce phénomène possible pourraient en effet venir du fait que les personnes optimistes semblent plus disposées à mener une vie saine, ponctuée d'exercice physique et d'un régime alimentaire équilibré. Les scientifiques avancent aussi qu’elles auraient une meilleure gestion du stress et de leurs émotions. Or, d'autres études ont déjà prouvé combien le stress prolongé peut être lourd de conséquences sur la longévité.

De plus amples recherches devront confirmer ce travail car il présente également plusieurs biais. D’une part, les populations étudiées sont principalement composées de femmes et d’hommes de statut socio-économique élevé. Les résultats risquent donc d'être moins bons chez les personnes plus modestes.

D'autre part, même si les chercheurs ont observé une association, ils ne savent pas si l’optimisme cause la bonne santé ou si c’est l’inverse ! En effet, l’optimisme peut simplement refléter un bon état de santé car une personne qui se porte bien peut être plus susceptible de voir la vie du bon côté qu’une personne malade.

L’optimisme, ça se travaille ?

Si l’optimisme n’a pas encore livré tous les secrets de son influence, les chercheurs ont d’ores et déjà souligné l’intérêt de cette étude pour la santé publique. Travailler son optimisme pourrait en effet s’ajouter "à la liste des facteurs potentiellement modifiables qui devraient être ciblés pour améliorer la santé et la longévité de la population". Les auteurs ont ainsi fait référence à de précédentes études selon lesquelles des exercices psychologiques et la pratique de la méditation peuvent par exemple aider à développer ce trait.

(1) https://www.pnas.org/content/116/37/18357

Cet article en synthèse

  • Selon une récente étude américaine, les personnes optimistes bénéficieraient de 11 à 15% d’espérance de vie supplémentaire comparativement à celles qui le sont moins.
  • Travailler son optimisme pourrait s’ajouter à la liste des facteurs potentiellement modifiables pour améliorer la santé et la longévité de la population.
  • Les résultats de cette étude restent à affiner avant d’affirmer clairement le lien entre optimisme et longévité.

Partagez cet article