Mieux comprendre la démence

La démence touche environ un million de personnes en France. C’est l’une des principales causes de handicap et de dépendance des seniors et aussi un poids lourd à porter pour leurs proches.

La démence, qu’est-ce que c’est ?

La démence est une altération sévère et irréversible des capacités cognitives (mémoire, langage, raisonnement, attention…) et comportementales (troubles de l’humeur) touchant essentiellement les personnes âgées. Celles-ci conservent malgré tout des moments de lucidité, synonymes de souffrance pour elles et leurs proches.

La démence est souvent confondue à tort avec la sénilité. La démence est le résultat d’un endommagement des cellules du cerveau. Tandis que la sénilité et le déclin mental qui en résulte sont liés au processus de vieillissement.

Selon l’OCDE

le nombre de personnes atteintes de démence devrait augmenter de 40 % d’ici à 2030.

Environ 7% des plus de 65 ans souffrent d’une forme de démence.
Un taux qui atteint 40% chez les plus de 85 ans.

Plusieurs formes de démences

Il existe plusieurs formes de démences, selon la localisation des cellules cérébrales endommagées. Parmi les formes dégénératives, le stade avancé de la maladie d’Alzheimer représente la plus courante (environ 70% des cas de démence). On recense également la démence à corps de Lewy, la démence fronto-temporale ou encore les démences associées à la maladie de Parkinson, etc.

La démence vasculaire, non-dégénérative, résulte entre autres de l’AVC d’une personne âgée. Elle représente 15% des cas de démence.

Les symptômes

Si deux des capacités cognitives suivantes sont sérieusement atteintes, on peut parler de démence :

  • troubles de la mémoire,
  • troubles du langage,
  • troubles de l’attention, de la concentration, de l’orientation,
  • troubles du raisonnement, du jugement,
  • troubles de la perception visuelle.

Au-delà de ces symptômes généraux, certaines démences se caractérisent par des signes d’alerte spécifiques. Les personnes atteintes de démence vasculaire présentent des troubles de l’humeur très précoces, manifestant une indifférence au monde extérieur. Elles ont également des atteintes neurologiques telles que des paralysies ou des troubles urinaires. La démence à corps de Lewy se traduit par des hallucinations visuelles, et un syndrome parkinsonien (tremblement au repos, rigidité, ralentissement des mouvements).

Les troubles comportementaux, notamment une perte des inhibitions, et les troubles du langage sont les principaux symptômes de la démence fronto-temporale.

La démence

est l’une des principales causes de handicap et de dépendance chez les personnes âgées.
70% des cas de démence sont liés à la maladie d’Alzheimer.

En France, environ un million de personnes souffrent de démence.
Un chiffre qui devrait augmenter dans les années à venir.

Pas de traitement, mais de la prévention

À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement pour soigner la démence ou stopper son évolution. Des prises en charge thérapeutiques sont actuellement testées à différents stades d’essais cliniques.

Selon une étude publiée dans The Lancet en 2017, un cas de démence sur trois pourrait être évité en agissant sur le mode de vie et la prévention de l’hypertension, la dépression, l’arrêt du tabac.

Les aidants en première ligne

Avec la progression de la maladie, les patients souffrant de démence rencontrent de plus en plus de difficultés dans les gestes de la vie quotidienne. Ils finissent par ne plus pouvoir conduire, faire leurs courses, cuisiner, prendre une douche ou simplement prendre leurs médicaments.

Sources : vulgaris-médical.com, European Journal of Epidemiology

Partagez cet article