Être aidant : quel impact sociétal ?

Le rôle d’aidant impacte fortement la vie de l’intéressé. Les contraintes subies pour s’occuper d’un proche dépendant l’amènent à bouleverser son quotidien : aménagement de son temps de travail, perturbation de sa vie familiale, renoncement à ses loisirs, impact financier… Les répercussions sur sa santé sont importantes et se traduisent souvent par des troubles physiques et psychologiques sévères.

Un phénomène de société

L’allongement de la durée de vie, l’augmentation des maladies chroniques, la préconisation du maintien à domicile pour motif économique... Les personnes en perte d'autonomie nécessitant une aide sont de plus en plus nombreuses, et la tendance ne fait que croître. Dans ce contexte, le rôle des aidants est incontournable. Ils étaient 6 millions en 2010, ils sont 11 millions aujourd’hui (Source baromètre des aidants 2017 – Fondation April / Institut BVA), et leur nombre ne fera que croître de façon exponentielle dans l’avenir !

La fragilité des aidants : un enjeu de société majeur

Si aider un proche âgé en perte d’autonomie ou en situation de handicap est certes source de satisfaction et de gratification, il ne faut pas occulter que ce dévouement, effectué bénévolement, non seulement au profit de la personne mais aussi de la collectivité toute entière, n’est pas sans conséquence : isolement, épuisement… et des pathologies lourdes dénoncées dans une étude de la Fondation Pierre Deniker pour la recherche et la prévention en santé mentale au travail (novembre 2018).
Sur l’ensemble des personnes interrogées, 28% des aidants, contre 19% des non aidants, présentent une détresse orientant vers un trouble mental invalidant : symptômes dépressifs et anxieux, présence d’idées suicidaires.

Ces troubles mentaux génèrent :

  • des coûts directs et indirects pour les personnes et la société,
  • de la pression financière pour les institutions publiques et les entreprises.

Ils sont responsables :

  • de productivité limitée,
  • d’arrêts de travail souvent longs et multiples,
  • de situations d’invalidité,
  • de départs à la retraite anticipée…

Protéger et reconnaître ceux qui protègent

Face au vieillissement de la population, et compte tenu des facteurs de risques psychosociaux auxquels sont soumis les aidants, il est important de reconnaître et préserver dans la durée leur implication auprès des personnes âgées, des personnes handicapées, ou des personnes atteintes de maladies chroniques.

Même si de nombreux progrès ont vu le jour ces dernières années pour offrir des services et des outils aux aidants comme des dispositifs de formation, un soutien psychologique, des congés exceptionnels, la loi travail du 8 août 2016… il est capital de limiter les effets négatifs de cette implication sur leur vie professionnelle, leur état de santé et leur bien-être, mais aussi sur leurs revenus. Il reste encore beaucoup à faire en matière d’aide et de reconnaissance par la société en général, et les pouvoirs publics en particulier.

La solidarité familiale des aidants représente une “non charge” de l’ordre de 7 à 17 milliards d’euros pour la collectivité

Des mesures d’accompagnement concrètes à établir :

  • élaborer un statut reconnu du proche aidant,
  • avec le statut d’aidant, ouvrir des droits spécifiques au chômage ou à la formation professionnelle lorsque l’aidé est accueilli en institution, ou lorsqu’il/elle est décédé(e),
  • faire que l’aidant soit pris en compte comme un « actif » en vue de sa retraite,
  • prendre en compte les périodes de « congé proche aidant »,
  • prendre en compte les artisans et professions libérales dans leur situation d’aidant,
  • développer auprès de Pôle Emploi des services particuliers d’accompagnement de retour à l’emploi pour les aidants,
  • soutenir financièrement et administrativement les initiatives collectives et individuelles de retour à l’emploi des aidants (création d’entreprise, de coopérative, etc.),
  • raccourcir les délais d’attente de décision de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH)…

4,6 millions d’aidants

Cet article en synthèse

  • En accompagnant leur proche dépendant, les aidants jouent un rôle essentiel au profit de la collectivité.
  • Les aidants sont particulièrement fragilisés au plan professionnel, et au niveau de leur santé physique et psychique.
  • Des mesures concrètes en matière de statut et de reconnaissance sont nécessaires pour mieux accompagner les aidants dans leur quotidien.

Partagez cet article