L’accueil de jour : une pause pour les aidants et leurs proches dépendants

Lorsqu’on accompagne un proche âgé, il faut parfois savoir souffler. L’accueil de jour est une solution qui offre la possibilité aux aidants de faire une pause. Pour le proche dépendant, c’est une parenthèse hors de son domicile et un temps d’activités venant préserver ses acquis. Proposé à la demi-journée ou à la journée, l’accueil de jour est assuré par des centres dédiés et des Ehpad. Pourquoi et comment avoir recours à ce dispositif ? Le tour de la question en 4 réponses.

Qu’est-ce qu’un accueil de jour ?

Ce mode d’hébergement prend en charge à temps partiel les personnes âgées dépendantes vivant à domicile. Celles-ci peuvent être atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre maladie neurodégénérative comme la maladie de Parkinson, par exemple. L’accueil de jour est également ouvert aux personnes en perte d’autonomie physique.

Le principe

Plus de 1 800 centres d'accueil de jour existent aujourd’hui en France. 15 % d’entre eux sont autonomes alors que 85 % ont un espace dédié dans un Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).

Une ou plusieurs fois par semaine, ces centres accueillent les personnes âgées et les aident à maintenir leur niveau d’autonomie grâce à des activités.

Les activités proposées

Les ateliers sont encadrés par une équipe pluridisciplinaire : psychologue, aide-soignant·e, psychomotricien·ne, ergothérapeute, art-thérapeute...
Différentes activités y sont réalisées. Il peut s’agir d’exercices physiques (jeux de ballon, dextérité, équilibre et prévention des chutes…) ou de détente (relaxation, sophrologie…). Les pratiques artistiques (peinture, modelage, activités manuelles, chant, musique…) sont aussi fréquemment proposées ainsi que d’autres animations (jardinage, cuisine…).

Des ateliers mémoire ou de stimulation cognitive sont prévus pour les personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative (maladie d’Alzheimer ou apparentée).

Un accueil adapté au profil du patient

Les structures prennent généralement en compte le stade de la maladie ou l’âge pour constituer les groupes de participants aux ateliers.

L’accueil de nuit prend en charge ponctuellement les personnes ayant perdu la notion du temps et s’activant à toute heure. Il permet de cette manière à l’aidant de se reposer en toute tranquillité et de récupérer. En effet, pendant toute la durée de l’accueil en Ehpad, le proche aidé est encadré et accompagné par des professionnels. Il est assisté au coucher, au lever, lors de l’habillage et de la toilette. Si nécessaire, le personnel de l’établissement l’aide à prendre ses médicaments et ses repas.

Pour trouver un accueil de nuit, indiquez votre département dans l’annuaire des établissements puis cliquez sur « Accueil de nuit » dans la rubrique « Type d’accueil » à gauche de l’écran.

Pourquoi utiliser ce dispositif ?

Solliciter l’aide d’un accueil de jour (ou de nuit) est bénéfique pour l’aidé et pour l’aidant.

Proposer à son proche un lieu de vie et de soins à part entière

Dans cette structure, votre proche peut profiter d'un accompagnement adapté et d’activités spécifiques l’aidant à entretenir ses capacités. S’y rendre est aussi l’occasion pour lui de rompre son isolement en rencontrant de nouvelles personnes.

En fréquentant un accueil de jour, la personne dépendante s’habitue à un cadre de vie différent. Il lui est donc plus facile d’envisager une solution d’accueil sur un temps plus long. Connaissant la vie en collectivité, elle acceptera sans doute plus aisément un hébergement temporaire ou définitif dans une structure.

S’accorder un moment de répit et de partage

Confier la personne que vous aidez à des professionnels vous permet de disposer de temps pour vous. Cela vous donne également la possibilité de discuter avec les soignants. Vous pouvez de cette manière suivre l’évolution des capacités de votre proche, notamment si ses fonctions cognitives sont atteintes. Vous pouvez également dialoguer avec d'autres familles ou bénéficier du soutien d'une plateforme d'accompagnement et de répit. Pour vérifier si ce service est accessible dans la structure qui accueille votre proche, consultez l’annuaire des points d’information locaux.

Quel coût pour l’accueil de jour ?

Le prix à la journée de l’accueil de jour est fixé annuellement par le conseil départemental pour chaque structure.

L’APA (allocation personnalisée d’autonomie) peut aider à financer le coût de cet accueil. Si son plafond est atteint, vous pouvez solliciter une aide au nom du droit au répit de l’aidant. Le montant maximal accordé sera alors de 509,76 €[1] par personne aidée et par an.

D’autres sources de financement permettent de réduire le reste à charge. Renseignez-vous auprès des organismes dont la personne âgée dépend pour savoir ce qu’ils proposent (caisse de retraite, mutuelle, assurance, mairie...). Rapprochez-vous également de votre département pour vérifier si l’aide sociale à l’hébergement (ASH) peut servir à régler cette prestation.

Enfin, demandez à votre proche s’il bénéficie d’une garantie dépendance. Si c’est le cas, il peut utiliser l’allocation reçue pour assumer tout ou partie des frais de l’accueil temporaire. Ainsi, Tutélaire verse une rente mensuelle à ses assurés dès que leur degré de dépendance est reconnu en GIR 3. De même, Tutélaire soutient ses adhérents aidants ayant souscrit un contrat TUT’LR en leur versant une indemnité journalière. Celle-ci vient compenser l’arrêt total ou partiel de leur activité professionnelle rémunérée suite à un congé de présence parentale, de solidarité familiale ou d’un congé proche aidant. À titre d'exemple, pour une baisse d’activité supérieure à 80 %, l’indemnité s'élève à 20 €/jour, soit environ 600 €/mois.

Si votre proche ou vous-même ne savez pas si vous bénéficiez d’une garantie dépendance, l’association pour la gestion des informations sur le risque en assurance (AGIRA) saura vous le préciser.

L’accueil de jour, comment faire ?

Pour inscrire un proche

Vous devez prendre contact avec un Ehpad ou une structure dédiée qui propose ce type d’accueil. Pour connaître le centre le plus proche de chez vous, consultez l’annuaire des établissements. Sur la page d’accueil de l’annuaire, précisez votre département puis cochez « Accueil de jour » dans le bloc « Filtres » situé à gauche de l’écran.

Vous compléterez ensuite un dossier d’admission. Pour les personnes ayant une maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée, vous y joindrez un certificat médical.

Pour se rendre à l’accueil de jour

La plupart des structures assurent le transport entre le domicile de la personne âgée et le centre. Toutefois, si vous le pouvez, accompagnez de temps en temps votre proche. Vous pourrez ainsi discuter avec les professionnels qui le suivent.

Pour lui faire accepter ce nouveau lieu

Tout d’abord, il faut expliquer à votre proche que fréquenter cette structure lui permettra de faire de nouvelles activités qui vont lui faire du bien. Ensuite, rassurez-le en lui précisant que c’est lui qui décide s’il veut continuer ou non. Pour qu’il s’adapte progressivement à l’accueil de jour, proposez-lui d’y aller sur une courte période au début (une demi-journée idéalement).

[1] Montant 2021 (source : https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr).

Partagez cet article