Quels services mettre en place pour vous aider au quotidien ? (partie 1)

Pour se sentir bien chez soi malgré l’âge ou la dépendance, il est indispensable de pouvoir se faire aider au quotidien. Quels services mettre en place pour être bien entouré ? L’aide à domicile, les soins à domicile, des services complémentaires pour encore plus de confort et de sécurité ? À vous de choisir la solution qui vous convient en fonction de vos besoins et de votre état de santé.

L’aide à domicile pour mon bien-être au quotidien

Lorsqu’on vieillit, avoir recours aux services d’un intervenant à domicile est parfois nécessaire. Et ce, même si un proche vous accompagne en tant qu’aidant familial.

Qu’est-ce que l’aide à domicile ?

L’aide à domicile vous assiste pour faire les courses, le ménage, la cuisine, prendre les repas et dans vos sorties (promenades, démarches administratives, visites chez le médecin…).

Si elle a une formation d’auxiliaire de vie sociale(1) (AVS), elle peut également s’occuper du lever et du coucher, de la toilette, de l’habillage, des déplacements et du suivi des traitements et des soins (hors acte médical). Si besoin, et en urgence s’il le faut, elle fait appel à l’aide-soignant, à l’infirmier ou au médecin.

L’AVS apporte aussi une écoute attentive et organise des activités stimulantes et distrayantes (jeux de société, lecture, chants, discussions). Elle vous donne des conseils (alimentation, hygiène, organisation du logement). Elle peut également vous réapprendre à exécuter certaines tâches dans un cadre sécurisé.

L’aide à domicile peut être employée par vos soins sous le statut de particulier employeur ou être salariée d’une entreprise ou d’une association agréée qui s’occupera de toute la gestion administrative.

Quel budget et quelles aides financières ?

Comptez en moyenne 15 €, charges sociales comprises, par heure de travail, plus si les horaires sont effectués de nuit ou le week-end.

Ces dépenses peuvent être financées par l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) ou par une aide sociale versée par le conseil départemental sous conditions d’âge et de ressources.

Elles ouvrent droit à un crédit d’impôt égal à 50 % des sommes versées dans l’année après déduction des aides perçues. À partir de 2022, ce crédit d’impôt devient instantané. Vous n’aurez plus qu’à verser 50 % des sommes dues, le solde étant payé directement au salarié ou à l’entreprise prestataire par l’État.

La mairie, le CCAS (centre communal d’action sociale), le point d’information local ou encore la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) vous donnera plus d’informations sur les aides auxquelles vous pouvez prétendre. N’hésitez pas à les contacter.

Pensez-y !

  • Se sentir en confiance et en sécurité avec l’intervenant est primordial. Pour être sûr de choisir la personne adéquate, attendez de mieux la connaître et qu’elle se familiarise avec vos habitudes et votre lieu de vie.
  • Demandez la liste des organismes agréés à votre mairie, au CLIC si vous avez plus de 60 ans ou à la MDPH.

Les soins à domicile au service de ma santé

Pour écourter, voire éviter, une hospitalisation ou retarder l’entrée dans un établissement d'hébergement, des infirmiers(ères) peuvent intervenir à votre domicile. Si votre état de santé le nécessite, votre médecin traitant peut également décider de faire appel aux équipes soignantes pluridisciplinaires du SSIAD (services de soins infirmiers à domicile).

Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD)

Le principe : différents intervenants du secteur médico-social assurent à votre domicile les soins indispensables à votre santé.

  • Les aides-soignants s’occupent des soins de nursing (aide à la toilette…),
  • Les infirmiers réalisent les soins techniques (pansements, administration des traitements, surveillance médicale, entretien de l’autonomie…),
  • Les auxiliaires médicaux (kinésithérapeute, ergothérapeute, orthophoniste, diététicien, podologue ou psychologue…) vous accompagnent dans votre rétablissement.

Les soins sont assurés chaque jour de la semaine, y compris dimanches et jours fériés, selon un calendrier d’interventions défini avec vous. Ils sont remboursés à 100 % mais les honoraires des médecins, des autres intervenants et des médicaments sont pris en charge aux conditions habituelles.

Les conditions pour bénéficier de ces services :

  • disposer d’un service de soins infirmiers à domicile dans votre commune (consultez l’annuaire des services d’aide et de soins à domicile pour vous en assurer),
  • être malade ou en perte d’autonomie et avoir plus de 60 ans,
  • ou être en situation de handicap ou atteint d’un maladie chronique,
  • avoir l’accord de la caisse d’assurance maladie suite à la demande de SSIAD effectuée par votre médecin traitant.

Les services polyvalents d’aide et de soins à domicile (SPASAD)

Les SPASAD regroupent les services de soins infirmiers à domicile et d’aide à domicile. Le bénéfice pour la personne qui y fait appel ? Avoir un interlocuteur unique qui coordonne les prestations lui permettant une prise en charge globale.

Les soins infirmiers sont dispensés et remboursés par l’Assurance maladie dans les mêmes conditions que les SSIAD. Les prestations d’aide à la personne peuvent être en partie prises en charge par les caisses de retraite, la complémentaire santé ou l’APA, sous réserve d’y être éligible.

L’hospitalisation à domicile (HAD)

L’HAD(2) est une hospitalisation à temps complet réalisée chez vous. Elle peut être mise en place pour assurer des soins après une opération chirurgicale, des soins palliatifs, une chimiothérapie… Elle est demandée par le médecin hospitalier ou le médecin traitant avec votre accord et éventuellement celui de vos proches.

L’HAD en quatre étapes :

  • tout d’abord, une infirmière coordinatrice vérifie que votre logement est adapté (possibilité d’installer un lit médicalisé, de se déplacer en fauteuil roulant, de stocker les produits médicaux…),
  • si c’est le cas, un médecin coordonnateur organise les soins en lien avec votre médecin traitant et les professionnels qui vont intervenir chez vous (aide-soignant, infirmière, kinésithérapeute…),
  • les soins, entièrement pris en charge par l’Assurance maladie, sont dispensés 24 heures/24 et 7 jours/7 et un infirmier est joignable jour et nuit,
  • la « sortie » de l’HAD est organisée par le médecin traitant en lien avec la structure adaptée (SPASAD, hôpital ou réseau de soins palliatifs).

L'Assurance maladie rembourse 80 % des frais d’HAD (100 % pour les personnes hospitalisées pour une affection de longue durée (ALD)). Les 20 % restant peuvent être pris en charge par votre mutuelle. Tutélaire, par exemple, propose avec le contrat Hospiconfort différents niveaux de garantie permettant de couvrir tout ou partie des dépenses liées à une hospitalisation à domicile.

 

Les autres services d’accompagnement à domicile
Faire appel au service de portage de repas à domicile et à la téléassistance… Modalités, conditions, aides financières dans la partie 2 de cet article.

 

(1) Validée par un diplôme d’État, la formation garantit la qualification de l’AVS dans six domaines de compétence : santé, hygiène, diététique et psychologie (décret n° 2007-348 du 14/03/2007).
(2) En 2019, 122 000 patients ont été hospitalisés à leur domicile (source : FNEHAD).

Partagez cet article