Quelles aides financières pour aménager son logement ?

Rester chez elles le plus longtemps possible, c’est ce que souhaite la plupart des personnes âgées. Un choix qui a bien des avantages mais qui demande d’adapter son domicile. Le point sur les aides financières octroyées pour aménager son logement.

Les aides de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH)

Avec l’aide Habiter facile, l’ANAH permet de continuer à vivre chez soi en engageant des travaux qui simplifient le quotidien : remplacer la baignoire par une douche de plain-pied, installer un monte-escalier électrique…

Cette aide, octroyée selon les ressources, peut financer jusqu’à 50 % du montant des dépenses. Elle peut se cumuler avec d’autres aides, notamment avec la prime Habiter Mieux, attribuée si les travaux d’adaptation font baisser la consommation énergétique du logement d’au moins 25 %.

Pour y avoir droit, il est nécessaire :

  • que le logement ait plus de 15 ans à la date d’acceptation de la demande,
  • que les travaux soient engagés par un propriétaire occupant, par un bailleur du parc privé (à l’exception des bailleurs sociaux) ou par un locataire, à condition que celui-ci finance les aménagements effectués en accord avec le propriétaire.

 

Les aides des caisses de retraite

Les caisses de retraite peuvent prendre en charge les travaux d'adaptation de la résidence principale pour prévenir la perte d'autonomie, par exemple, l’isolation des pièces de vie, l’aménagement des sanitaires, le changement de revêtement des sols, la motorisation des volets roulants, l’accessibilité du logement.

Le montant de l'aide, qui peut atteindre 3 500 €, dépend du coût des travaux et de vos ressources.

Pour y avoir accès, il faut :

  • être retraité du régime général à titre principal,
  • ou être retraité de l’Etat et avoir exercé son activité la plus longue en tant que fonctionnaire civil ou ouvrier de l’Etat,
  • ne pas percevoir l’une des allocations suivantes : allocation personnalisée d'autonomie (APA), allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP), prestation de compensation du handicap (PCH), majoration pour tierce personne (MTP), allocation veuvage.

Si vous remplissez ces conditions, vous pouvez faire une demande d’aide pour bien vieillir chez soi auprès de votre caisse. Après étude de votre dossier, un rendez-vous sera fixé à votre domicile pour évaluer vos besoins et vous donner des conseils adaptés à votre situation. Suite à cette visite, qui peut se faire en présence d’un proche, un plan d’aide financière sera élaboré.

Dans le cadre d’un retour d’hospitalisation, l’allocation d’aide au retour à domicile après une hospitalisation (ARDH) peut prendre en charge certaines dépenses, notamment les frais de travaux d’aménagement pour anticiper la perte d’autonomie.

Pour tout renseignement sur ces aides, adressez-vous à la caisse de retraite de votre région. Pour connaître ses coordonnées, consultez la rubrique « Comment faire la demande » sur service public.fr.

Les aides des collectivités territoriales

Certaines collectivités territoriales (région, département, commune…) accordent aides, prêts ou subventions. Pour être informé sur leurs modalités d’attribution, contactez votre conseil départemental, le centre communal d’action sociale (CCAS) ou le Clic (centre local d’information et de coordination). Trouvez le point d’information le plus proche de chez vous, en consultant l’annuaire des points d’information et plateformes de répit.

Des travaux d’aménagement peuvent également être pris en charge par l’allocation personnalisée d'autonomie (APA) attribuée et versée par le conseil départemental ou la prestation de compensation du handicap (PCH). N’hésitez pas à vous renseigner.

 

Les aides fiscales

Le crédit d'impôt accordé pour les travaux d'adaptation du logement, qui arrivait à échéance fin 2020, a été prolongé jusqu'au 31 décembre 2023.

Le montant de cet avantage fiscal correspond à 25 % des dépenses (incluant main d’œuvre et taxes), plafonnées à 5 000 € pour une personne seule, 10 000 € pour un couple, et majoré de 400 € par personne à charge.

Le crédit d’impôt est octroyé si :

  • les dépenses engagées concernent la résidence principale,
  • le contribuable est propriétaire, locataire, ou occupant à titre gratuit du logement ou encore bailleur,
  • les aménagements effectués favorisent l’accessibilité (installation d’équipements sanitaires à hauteur réglable, de toilettes surélevées, de barres de maintien…) ou permettent l’adaptation du domicile au degré d’autonomie (pose de bacs à douche extra-plats, de portes de douche, de volets électriques, de revêtements antidérapants…),
  • le bénéficiaire des travaux d’adaptation remplit certaines conditions,
  • les équipements, qui doivent par ailleurs figurer dans la liste du Code général des impôts, sont fournis et installés par le même professionnel et facturés avant le 31 décembre 2023.

 

Vous souhaitez plus d’informations sur les aides financières pour adapter votre logement et bien vieillir chez vous :

 

Le saviez-vous ?

Votre mutuelle peut également vous aider à financer les travaux d’emménagement de votre domicile. Ainsi, la mutuelle Tutélaire s’engage auprès de ses adhérents et leur propose des aides non remboursables[1]. Ce coup de pouce, bienvenu, peut prendre à charge la totalité ou une partie des frais d’acquisition d’un équipement (rampe d’accès, monte escalier, etc.). N’hésitez pas à vous renseigner.

 

[1] Après étude de leur dossier

Partagez cet article