Aidants : quelles activités pour votre proche dépendant ?

Jouer, se distraire, bouger : les activités de loisirs sont à prendre au sérieux pour rester en forme toute l’année. Rester actif tout en s’amusant permet de préserver l’autonomie, de retarder le vieillissement cérébral et de lutter contre l’isolement. Alors, n’attendez plus ! Vous manquez d’inspiration ? Voici quelques idées d’activités à proposer tout au long de l’année à votre proche dépendant.

Pour avoir une santé de fer

Multipliez les occasions de faire bouger votre proche

Sortir de chez soi est essentiel pour rester en bonne santé et garder le moral. L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) recommande d’ailleurs d’être actif au moins deux heures et demi par semaine à partir de 65 ans.
Inutile d’avoir une activité intense, l’important est de bouger… 30 minutes par jour si possible.

Incitez votre proche à faire de l’exercice

Saisissez toutes les opportunités pour le rendre actif : encouragez-le à prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, faites-le descendre du bus ou du métro une station avant l’arrivée, allez à pied faire les courses…

Instaurez le rituel d’une marche quotidienne

Tour du pâté de maison, promenade au parc, randonnée en forêt… À vous d’adapter votre proposition à ses capacités et à son état de fatigue.
En hiver, pour prévenir la dépression saisonnière et les coups de froid, privilégiez les sorties après le déjeuner. C’est le moment de la journée où l’intensité lumineuse est la plus forte. À la belle saison, en cas de fortes chaleurs, promenez-vous tôt le matin ou en soirée.

Trouvez des astuces pour motiver votre proche

Si votre proche est récalcitrant, fixez-lui des buts et lancez-lui de petits défis. De temps en temps, allez ensemble acheter un livre ou un journal qu’il lira seul ou avec vous. Une fois par semaine, marchez jusqu’à la boulangerie pour choisir une pâtisserie. À vous de trouver des prétextes pour qu’il ait envie de sortir de chez lui !
Donnez-lui aussi des points de repères. Il pourra ainsi se rendre compte de la distance parcourue. Mieux encore, équipez-le d’un podomètre ou téléchargez une application adaptée sur son téléphone. Votre proche sera plus motivé s’il peut mesurer ses progrès !

 

Profitez des activités quotidiennes pour encourager son autonomie

Contribuer aux activités dans la maison permet d’entretenir l’autonomie, la mémoire et donne la satisfaction de se débrouiller seul. Les tâches domestiques viennent donc compléter avantageusement les activités en extérieur. Elles peuvent même les remplacer lorsque la météo, les conditions sanitaires ou l’état de santé de votre proche limitent les sorties.

La cuisine, une source inépuisable d’idées

Éplucher les légumes, préparer les ustensiles, peser les ingrédients, réaliser une recette, sont des tâches simples ou plus complexes. Mettre la table est aussi une façon de participer à la vie de la maison.

Le rangement, un bon moyen de solliciter sa mémoire

Faites-lui plier et ranger son linge, trier ses papiers, sa bibliothèque, ses vêtements…

Le ménage, une opportunité pour lui confier des responsabilités

En le chargeant de réaliser certaines tâches, vous l’aidez à reprendre de l’assurance. Passer l’aspirateur, faire la poussière sont des activités qui lui permettent de contribuer à l’entretien de son domicile. Prendre part au nettoyage des carreaux ou de la cuisine lui donne l’occasion de vous rendre service. Lui confier la propreté de tout ou partie d’une pièce ou d’un meuble le rassure sur ses capacités.

Le jardinage, une occupation valorisante

Quelle satisfaction de voir ses plantes grandir et son jardin s’épanouir grâce aux soins prodigués ! À l’intérieur, sur un balcon ou en plein air, le jardinage est une activité gratifiante. Faites-lui arroser ses plantes, aidez-le à les rempoter ou à les protéger du froid. S’il a un jardin, incitez-le à s’en occuper. Enlever les feuilles mortes, tondre la pelouse, tailler les haies, sont autant de tâches qu’il peut exécuter selon ses possibilités.

Le bricolage, utile à plus d’un titre

Le bricolage, à réaliser sous supervision si nécessaire, est bon pour la logique et la réflexion. Il entretient la dextérité et permet de maintenir son logement en bon état voire d’améliorer son confort à moindres frais.

⊃ Pensez-y !
Vous craignez que votre proche chute ou ait un accident en vous aidant ? Découvrez comment adapter son environnement dans notre article sur les aménagements à réaliser pour sécuriser son domicile.

 

Trouvez une activité sportive adaptée

Yoga, gymnastique douce, Taï Chi, Pilates, atelier équilibre, aquagym, danses de salon, marche nordique… Guidez la personne que vous aidez pour qu’elle trouve un sport qui lui convient. Pour la motiver, proposez-lui de démarrer une activité ensemble !
Le médecin traitant déconseille toute activité sportive ? Adressez-vous à un professionnel, un kinésithérapeute par exemple. Il montrera à votre proche les exercices qu’il peut réaliser chez lui pour conserver mobilité, équilibre et souplesse.

⊃ Se dépenser en toute sécurité, même en hiver !
Adaptez l’alimentation de votre proche pour aider à renforcer son immunité. Avocats, bananes, poissons gras, céréales complètes, miel, pollen… sont à privilégier.
• Évitez l’hypothermie en superposant les couches de vêtements. Choisissez-les plutôt amples pour ne pas bloquer la circulation sanguine.
• Redoublez de vigilance lors du passage à l’heure d’hiver. Faites-lui porter un gilet réfléchissant pour être vu par les automobilistes.
• En toute saison, pensez aux bâtons de marche pour limiter les chutes et veiller à ce qu’il s’hydrate suffisamment.

 

Pour garder un cerveau en pleine forme !

Développer sa motricité fine

En alliant gestes précis et créativité, les activités manuelles développent l’habilité tout en s’amusant.
Vous pouvez opter pour des activités faciles à réaliser au domicile de votre proche. La peinture, le dessin, les collages, les jeux de construction, l’enfilage de perles, le tissage de bracelets, en font partie. Vous pouvez aussi lui faire pratiquer des activités à l’extérieur : couture, broderie, tricot, crochet, poterie, maquettes… Cela lui permettra d’acquérir les bases d’une nouvelle discipline ou de créer des pièces plus complexes. Il pourra aussi mettre à profit cette ambiance ludique et conviviale pour faire de nouvelles connaissances.

Faire travailler sa mémoire

Travailler l’agilité intellectuelle dans la bonne humeur est le meilleur remède pour contrer morosité et vieillissement cérébral.

Faites-le jouer

Utilisez des jeux de lettres (mots croisés ou fléchés) ou de chiffres (Sudokus…). Jouez aux jeux de société comme le Scrabble, le Triolet, les dominos, les dames, les échecs, les jeux de cartes. N’oubliez pas les grands classiques : les petits chevaux, le jeu de l’oie… Abonnez-le à la ludothèque de sa ville. Pour une somme modique, vous pourrez découvrir ensemble de nouveaux jeux et même en emprunter. Ce sera aussi l’occasion, s’il le souhaite, de s’initier à une activité.

Proposez-lui d’assembler des puzzles

C’est un jeu qui s’adapte aux possibilités de chacun et qu’il peut faire avec votre aide ou tout seul. À grandes pièces ou à bouton, en 2D ou en 3D, très simple ou plus complexe…, le choix est large. Si cette activité lui plaît, encouragez-le à réaliser un assemblage avec un grand nombre de pièces. Profitez de l’hiver ou des longues soirées d’été pour lui lancer ce défi !

Réalisez des activités qui font appel à ses souvenirs

Feuilletez les albums photos en lui demandant de vous parler des personnes et des situations que vous voyez. Créez-en un nouveau avec lui et ajoutez les commentaires qu’il souhaite y faire figurer. Aidez-le à rédiger ses mémoires (définissez ensemble une durée et une périodicité pour cette activité).

Servez-vous de fiches d’activités

Elles sont spécialement conçues pour entretenir les fonctions cognitives. Vous pouvez en trouver sur Internet en accès gratuit (HappyNeuron, Le Bel âge, Aicarpa) ou en téléchargement payant (Dynseo).

Avoir l’esprit alerte

Faites-lui pratiquer un instrument de musique ou le chant

Il peut s’entraîner seul en récupérant les paroles des chansons, des plus anciennes aux plus récentes, sur Internet. Il peut aussi chanter à plusieurs en intégrant une chorale.

Conseillez-lui de participer à un atelier d’écriture

Il pourra jouer avec les mots, composer des poèmes, des nouvelles, s’essayer à l’autobiographie, au roman… Les possibilités sont multiples s’il aime écrire.

Incitez-le à se remettre à la lecture

En intégrant un club de lecture ou en l’inscrivant à la bibliothèque, il pourra disposer d’un choix varié. S’il ne peut plus lire ou s’il n’en a pas envie, prenez le relais. Lisez-lui un livre à haute voix ou faites-lui écouter un livre audio. Ce support est idéal pour découvrir ou redécouvrir une œuvre de façon ludique. Certains titres sont même en accès libre et gratuit sur Internet.

Initiez-le aux nouvelles technologies

Apprenez-lui à faire une recherche sur Internet. S’il est équipé d’un téléphone portable, montrez-lui comment s’en servir. Faites-lui découvrir comment converser sur un groupe WhatsApp, envoyer des textos, réaliser un appel vidéo à distance… Motivez-le en lui expliquant l’intérêt d’utiliser ces nouveaux moyens de communication. Avec ces outils, garder le contact avec les personnes qui lui sont chères devient facile, même si elles habitent loin.

Proposez-lui des activités culturelles

Rien de tel qu’un bon film, une pièce ou une exposition pour nourrir la curiosité ! Musées, cinéma, théâtre, concert, à vous de choisir… Si la personne dont vous vous occupez a du mal à se déplacer, tentez les visites virtuelles sur Internet. Pour varier les plaisirs, regardez les retransmissions de spectacles sur petit ou grand écran (Viva l’Opéra, Pathélive).
Votre proche est atteint d’une maladie neurodégénérative ? Pensez aux sorties culturelles adaptées organisées avec des musées partenaires en Ile-de-France ou en région par la fondation France-Alzheimer. Rapprochez-vous également des musées locaux. Certains d’entre eux élaborent des programmes et organisent des ateliers pour les personnes en situation de dépendance.

⊃ Pensez-y !
Les clubs seniors et de nombreuses structures bénévoles proposent des activités peu coûteuses voire gratuites. Atelier mémoire, patchwork, chant, anglais, informatique, gymnastique, danses de salon, conférences, repas à thème, thés dansants, service de restauration… Contactez votre mairie pour en savoir plus.
Vous n’avez pas de moyen de locomotion pour vous rendre sur les lieux d’activités ? Renseignez-vous dès maintenant sur le dispositif Sortir plus de l’Agirc-Arrco !

 

Votre proche a besoin d’une aide pour financer ses activités ?

En premier lieu, contactez le centre communal d’action sociale (CCAS) de la ville où réside votre proche.
Vous pouvez aussi solliciter sa caisse de retraite complémentaire, sa complémentaire santé ou faire une demande auprès de sa mutuelle.

La rente mensuelle d’une garantie dépendance, comme celle proposée par le contrat TUT’LR, peut également aider à financer des activités de loisirs pour les aidants et leurs proches dépendants.
Vous ne savez pas si votre proche ou vous-même bénéficiez d’une telle garantie ? Contactez l’association pour la gestion des informations sur le risque en assurance (AGIRA). Cet organisme vérifiera si un contrat dépendance a été souscrit.

 

Partagez cet article